Sanofi: CFDT et CGT réclament un vaccin « pour tous » contre le Covid-19

PARIS, 15 mai 2020 (AFP) – Les syndicats CFDT et CGT de la branche pharmacie ont réclamé, dans des communiqués séparés, un vaccin « pour tous » contre le Covid-19, protestant contre l’annonce faite mercredi par le groupe Sanofi de réserver la priorité d’un tel vaccin aux États-Unis.

Le géant pharmaceutique a déclenché une vague d’indignation en déclarant qu’il distribuerait un éventuel vaccin contre le nouveau coronavirus d’abord aux États-Unis, qui ont investi 30 millions de dollars pour soutenir ses recherches.

Jugeant « insupportable » cette déclaration mercredi du directeur général de Sanofi, Paul Hudson, « reflet d’une vision uniquement financière », la FCE-CFDT a estimé vendredi que « tous les citoyens du monde doivent avoir accès à un vaccin lorsque celui-ci sera disponible ».

Concernant la France, « Sanofi bénéficie largement du crédit d’impôt recherche », d’un montant de « 130 millions d’euros par an », et le chiffre d’affaires du groupe dans l’Hexagone « repose pour une grande majorité sur notre système de Sécurité sociale », souligne la FCE-CFDT.

Relevant un « manque d’anticipation des autorités de santé françaises et européennes, puisque la commercialisation d’un vaccin dépend des autorisations de mise sur le marché », le syndicat note que la France et l’Union européenne « pourraient déjà préparer un budget pour vacciner gratuitement toute la population ».

De leur côté, « la Fnic-CGT et les syndicats CGT (de) Sanofi n’admettent pas le principe de favoriser un pays plus qu’un autre pour l’accès aux médicaments ou aux vaccins », indiquent-ils dans un communiqué.

« Pour répondre aux exigences de santé publique, il est nécessaire que les médicaments et vaccins soient considérés comme des biens communs de l’humanité et non un bien marchand », ajoutent-ils, en qualifiant d' »inacceptable » le « chantage sanitaire qui se cache derrière les propos » de M. Hudson.

« Le positionnement de Sanofi met en lumière les dérives de la financiarisation de la santé et l’Etat français doit prendre des décisions radicales pouvant aller jusqu’à la réquisition de Sanofi et d’autres » groupes pharmaceutiques, estiment ces organisations CGT, qui plaident pour « la création d’un grand pôle public de recherche et fabrication des médicaments et vaccins en France ».

En réaction aux propos de M. Hudson, Emmanuel Macron a appelé jeudi à ce que ce vaccin soit « extrait des lois du marché », tandis que le Premier ministre Edouard Philippe a estimé que « l’égal accès de tous au vaccin n’est pas négociable ».

er/cel/nth