Sanofi va supprimer plus de 200 postes dans ses activités commerciales en France

PARIS, 8 mars 2019 (AFP) – Le groupe pharmaceutique Sanofi va supprimer environ 230 postes dans ses activités commerciales en France, notamment parmi les visiteurs médicaux, a appris vendredi l’AFP de sources concordantes.

Sanofi-Aventis France, division commerciale du groupe, « a effectivement présenté hier à ses partenaires sociaux un projet de réorganisation et d’adaptation de ses activités commerciales afin de préserver sa compétitivité et de mieux répondre aux attentes des professionnels de santé », a indiqué un porte-parole sollicité par l’AFP, confirmant des informations syndicales.

« Un accord comportant prioritairement des mesures d’accompagnement à la mobilité interne et aux départs volontaires sera ouvert à la négociation avec les organisations syndicales », a-t-il ajouté, précisant que la mise en place de cette nouvelle organisation « au plus tôt dans le courant du troisième trimestre (…) pourrait conduire à une réduction nette de 232 postes ».

Sanofi-Aventis France emploie plus de 1.700 personnes, dont quelque 1.500 dans ses activités commerciales, selon le porte-parole. Le groupe Sanofi emploie 110.000 personnes dans le monde, dont 25.000 en France.

L’entreprise justifie cette réorganisation par la « profonde transformation du secteur de la santé en France », avec de nouvelles attentes des médecins généralistes en matière d’information et de formation et la montée en puissance des génériques.

« Le métier de visiteur médical est en transformation » mais « le face-à-face est toujours important pour les médecins », affirme Valérie Floch, déléguée CGT de Sanofi-Aventis France, interrogée par l’AFP.

Dans un communiqué, la CGT dénonce « un désengagement massif de Sanofi en France avec le silence complice du gouvernement ».

Les syndicats du groupe pharmaceutique Sanofi viennent en effet de signer des accords de rupture conventionnelle collective (RCC) portant sur la suppression prévue par Sanofi de 700 postes en France d’ici à fin 2020, en particulier dans les fonctions support (comptabilité, juridique, ressources humaines, etc). Sanofi prévoit également de transférer 80 postes de ses activités informatiques au sein de la société Cognizant.

La FCE-CFDT regrette pour sa part « un énième plan social ». Pour le syndicat, « ces plans successifs déstructurent les organisations du travail, augmentent les risques psychosociaux, et créent ainsi un malaise profond et une perte de confiance chez les salariés ».

esp/sp/az