« Ségur de la santé »: le plan à 12 milliards d’euros des hôpitaux publics

PARIS, 17 juin 2020 (AFP) – Salaires, investissements, recrutements en Ehpad: la Fédération des hôpitaux de France (FHF), qui représente les établissements publics, a présenté mercredi un « new deal pour la santé » chiffré à plus de 12 milliards d’euros.

La FHF revient à la charge. Elle avait en effet déjà mis ses propositions sur la table à la veille de l’ouverture du « Ségur de la santé » le 25 mai dernier.

Mais à peine trois semaines plus tard, « force est de constater qu’on s’est écartés des objectifs », a affirmé son président, Frédéric Valletoux, lors d’une conférence de presse.

« Débats totalement hospitalo-centrés », réunions annulées, « groupes de travail sans méthode » donnant « l’impression d’un brouhaha général », le tout « sans qu’aucune donnée chiffrée ne soit avancée »…

Après des mois de mobilisation des soignants, le gouvernement a créé une forte attente, et « après l’attente il peut y avoir la déception », a-t-il mis en garde.

Raison de plus pour remettre en avant son « new deal », qui fait la part belle aux rémunérations: révision des grilles de salaire, coup de pouce en début de carrière, refonte des primes, revalorisation des gardes et du travail de nuit…

Au total, il y en aurait pour 6 à 7 milliards d’euros rien que sur ce volet « ressources humaines ».

S’y ajoutent 2 milliards pour hausser l’investissement à un niveau « plancher » de 7% du budget des hôpitaux. La moitié de cette somme serait assurée par la reprise annoncée d’un tiers de la dette des établissements publics.

L’autre moitié proviendrait de « subventions publiques » et de « prêts à taux bonifiés » via le livret A (comme c’est déjà le cas pour le logement social) ou en instituant un « livret H » destiné à l’hôpital public.

La FHF réclame aussi une « remise à niveau » du budget de la psychiatrie publique « à hauteur de 5% dès 2021 », des moyens supplémentaires pour les soins de rééducation, la recherche, l’outre-mer…

Mis bout à bout, ce plan coûterait « de l’ordre de 10 milliards, hors secteur médico-social », a précisé Zaynab Riet, déléguée générale de la FHF.

Mais ce n’est pas tout: la fédération souhaite créer 60.000 postes dans les Ehpad en trois ans, ce qui alourdirait la facture de plus de 2 milliards d’euros.

Le prix a payer pour retrouver « l’ambition affichée » au début du « Ségur », selon M. Valletoux.

gbh/lum/mm