Seine-Saint-Denis: rassemblement de soignants pour exiger « un tournant » pour l’hôpital

SAINT-DENIS, 20 mai 2020 (AFP) – Une soixantaine de soignants se sont rassemblées mercredi devant l’hôpital Casanova à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour réclamer la fin de « l’austérité budgétaire » et de meilleures conditions de travail, à quelques jours de la tenue d’un « Ségur de la santé ».

« On ne se contentera pas de leur médaille, on ne se contentera pas de leur prime, de ce qu’était l’hôpital avant » la crise sanitaire liée au coronavirus, a assuré Stéphane Degl’Innoncenti, délégué syndical Sud, devant les grilles de cet hôpital situé dans l’un des départements les plus touchés par l’épidémie.

Les soignants de différents services – en grande majorité des femmes – se sont rassemblés à l’appel du collectif des hôpitaux de Saint-Denis et des syndicats Sud et CFDT pour demander « l’augmentation des salaires pour tous », la titularisation des personnels en CDD, « l’ouverture de lits » ou encore « plus de matériel ».

Cette action brève, saluée par les klaxons d’automobilistes, sera reconduite tous les jeudis, a annoncé M. Degl’Innoncenti, misant sur le ralliement d’autres hôpitaux.

L’annonce par le ministre de la Santé Olivier Véran d’un « Ségur de la santé » le 25 mai prochain laisse dubitatifs les représentants du secteur, qui craignent un énième plan sans impact réel sur les salaires des personnels hospitaliers.

Plusieurs syndicats et collectifs hospitaliers ont par ailleurs indiqué réfléchir à une « journée nationale de mobilisation » pour l’hôpital public à la « mi-juin ».

« Ça peut marquer ce tournant qu’on attend depuis longtemps », veut croire Malika Faucher, déléguée CFDT à l’hôpital Casanova, rappelant que la crise « a été difficile sur cet hôpital, avec énormément de patients et des collègues malades. »

Département faiblement doté au regard de son 1,6 million d’habitants, la Seine-Saint-Denis a connu une surmortalité d’environ 118% entre 1er mars et le 10 avril, soit la plus forte progression du nombre de décès en Ile-de-France sur cette période par rapport à l’année précédente, selon une récente étude de l’Observatoire régional de santé Ile-de-France.

fan/alv/