Sept ministres des Affaires européennes pour un salaire minimum

ROME, 14 mars 2017 (AFP) – Sept ministres des Affaires européennes se disent favorables à l’instauration d’un salaire minimum en Europe dans une tribune parue mardi dans le Corriere della Sera, où ils plaident pour une Europe « plus sociale, plus juste, davantage fondée sur des valeurs ».

« Notre monde change considérablement. Le nationalisme se propage. Les tensions populistes resurgissent », écrivent les ministres français, allemand, italien, grec, portugais, maltais, tchèque.

« Après des années de stagnation économique, il nous faut tout d’abord relancer nos économies de manière durable sur le plan environnemental et social », ajoutent les dirigeants.

Les sept ministres, qui doivent se réunir mercredi à Berlin, plaident aussi pour « des mesures fortes pour lutter contre le chômage des jeunes, l’inégalité entre les salaires et les disparités de niveaux de vie et de protection sociale ».

« Il est grand temps de faire de notre Union européenne une union sociale, avec des droits des travailleurs renforcés, une véritable égalité femmes-hommes, des emplois sûrs et des revenus garantis », assurent-ils.

« Pour toutes ces raisons, nous voulons qu’un pilier social fort de l’Union européenne soit incorporé dans la déclaration de Rome et nous avons lancé la préparation du grand sommet social qui réunira les dirigeants européens en novembre prochain en Suède ».

Les chefs d’Etats et de gouvernements européens seront réunis à Rome le 25 mars pour célébrer le 60e anniversaire du Traité de Rome de 1957, fondateur de la construction européenne.

fio/ljm/cj