SFR: la CFDT s’interroge sur la « stratégie », la CGT dénonce « la casse industrielle »

PARIS, 28 juillet 2016 (AFP) – La CFDT a demandé jeudi que le groupe télécoms SFR parle de « stratégie » avant de projeter des milliers de suppressions d’emplois en 2017, tandis que la CGT a dénoncé une politique de « casse industrielle » et d' »achats externes ».

« Avant d’annoncer des suppressions d’emplois, il faudrait peut-être qu’ils (les dirigeants de SFR, ndlr) parlent de la stratégie et du modèle économique qu’ils veulent mettre en place. Or, ils n’en parlent pas du tout », a déclaré à l’AFP Laurence Barma, de la fédération CFDT F3C, en qualifiant de « brutale » l’annonce du groupe.

SFR a annoncé mardi aux organisations syndicales un « effectif cible » de 9.000 salariés après le 1er juillet 2017, date de la fin de l’accord de maintien de l’emploi conclu au moment du rachat de SFR par Numericable-Altice, ce qui équivaut à la suppression d’environ 5.000 emplois, soit un tiers des effectifs actuels.

Selon une source syndicale, cette réduction d’effectifs passerait par des plans de départs volontaires successifs. La direction entend la boucler « fin 2017 », a précisé Mme Barma.

« Comment l’entreprise va-t-elle pouvoir fonctionner avec si peu de salariés », demande la responsable syndicale, en affirmant que ceux-ci « paient le surendettement de leur patron », l’homme d’affaires Patrick Drahi. La dette de son groupe Altice est estimée à 50 milliards d’euros.

« Au-delà du choc, il s’agit de négocier (…) On va faire tout ce qu’on peut pour essayer de limiter la casse », a assuré Mme Barma en évoquant aussi les salariés « qui vont rester ».

Pour la CGT, ce projet de suppressions d’emplois « s’inscrit dans une +stratégie+ globale qui consiste à préférer les achats externes, comme des câblo-opérateurs aux Etats-Unis (l’achat par Altice des américains Suddenlink et Cablevision, ndlr), le groupe Altice Média (…) au détriment de l’investissement productif dans le réseau ».

La direction « met la pression sur les salariés pour obtenir des soi-disant départs volontaires, qui dans les faits sont bien des départs forcés pour maquiller un plan social de grande ampleur », dit la CGT-FAPT dans un communiqué, en appelant, « dès à présent, les salariés à se mobiliser ».

SFR a finalisé en mai l’acquisition d’Altice Media, détenu à la fois par Patrick Drahi et son groupe Altice, expliquant qu’avec ce rachat il voulait « accélérer le déploiement de la convergence globale télécom-médias/contenus et publicité ».

sp/db/DS