Sintertech: la CGT appelle à sauver le sous-traitant automobile en liquidation

MONTREUIL, 7 novembre 2019 (AFP) – La CGT a appelé jeudi les pouvoirs publics et les clients de Sintertech à sauver le sous-traitant automobile mis en liquidation judiciaire en octobre et qui poursuit son activité jusqu’au 31 décembre.

Employant 280 personnes, Sintertech fabrique en Isère et dans les Pyrénées-Atlantiques des pièces en métal fritté en utilisant la métallurgie des poudres. C’est « la seule entreprise en France » qui utilise cette technologie au « bilan énergétique intéressant », qui n’occasionne « aucune perte de matière », a expliqué à l’AFP Jean-Bernard Etchemendy, délégué syndical CGT de Sintertech.

Placé en redressement judiciaire en avril, puis mis en liquidation judiciaire à la mi-octobre par le tribunal de commerce de Grenoble, Sintertech a souffert « de la baisse du diesel », alors que « la moitié de sa production de pièces » était destinée à ce marché et que « la reconversion n’a pas été anticipée », a précisé M. Etchemendy. « Chroniquement en difficultés depuis quelques années » à cause « de deux mauvais gestionnaires », la société avait pourtant « réussi à se redresser en 2018 », a-t-il dit.

Après la mise en liquidation, « les clients se sont affolés », dont le groupe Renault, car Sintertech est l’unique fabricant de plusieurs produits, a-t-il ajouté. Craignant « des problèmes d’approvisionnement », ils « se sont rapprochés de l’administrateur judiciaire » pour demander une poursuite de l’activité, que le tribunal a accordée jusqu’à la fin de l’année, « avec le soutien financier de Renault ».

Les salariés « sont au travail pour livrer les clients » mais il y a urgence à trouver une solution de poursuite de l’activité en 2020 car « plus les donneurs d’ordre vont avancer avec la concurrence, moins on a de chance d’avoir une issue pour Sintertech », a souligné M. Etchemendy.

Pour la fédération CGT de la métallurgie, une reprise de l’entreprise reste « possible en combinant diversification sectorielle et innovations sur la pièce automobile », indique-t-elle dans un communiqué. « Il y a des besoins et c’est une technologie qui a de l’avenir, qui répond à des enjeux environnementaux », a relevé Stéphane Flegeau, secrétaire général adjoint de cette fédération, qui plaide pour une reprise de Sintertech par Renault ou PSA.

La CGT, qui a interpellé le gouvernement et les constructeurs automobiles, souhaite la tenue d’une table ronde pour « étudier une sortie de crise par le haut ». Mais « aujourd’hui, nous n’avons aucun retour », a déploré M. Etchemendy.

er/bfa/nm