Smic: Veyrier (FO) n’est pas « du tout » satisfait de la hausse de 1,8%

PARIS, 6 décembre 2018 (AFP) – Yves Veyrier, le secrétaire général de Force ouvrière, s’est dit jeudi « pas du tout » satisfait de la hausse du Smic de 1,8%, prévue à compter du 1e janvier, annoncée la veille par Edouard Philippe, insistant de nouveau sur l’importance d’une augmentation « significative » des salaires.

« La réponse sur le Smic ne nous satisfait pas du tout », a-t-il dit sur Radio France Internationale (RFI).

Le Premier ministre a déclaré mercredi que le Smic augmentera d’1,8% « dès le mois de janvier 2019 », soit l’évolution mécanique, évaluant le total de la hausse à 3% en ajoutant à l’indexation la baisse des cotisations sociales et la prime d’activité.

Au 1er janvier dernier, il avait été revalorisé de 1,24%, à 9,88 euros bruts l’heure (soit 7,82 euros en net après déduction des cotisations salariales). Le Smic mensuel brut est de 1.498,47 euros (1.184,93 euros net).

FO réclame un « coup de pouce sensible » de près de 200 euros, avec un Smic mensuel net de 1.400 euros.

« On a le sentiment que la question des salaires est désormais considérée comme un tabou », a-t-il de nouveau regretté, comprenant la colère des « gilets jaunes ».

« La colère (…) peut malheureusement prendre des tournures inquiétantes. Il faut répondre d’urgence à ce qu’attendent en particulier (…) les salariés en matière de pouvoir d’achat sur les salaires », a-t-il relevé.

Il faut « cesser avec cette petite musique qui ferait que les salaires seraient ennemis de tout, ennemis du climat comme ennemis de l’économie ».

« On ne peut pas nous expliquer qu’on a réformé l’ISF et qu’on l’a supprimé sur la partie des capitaux et donc des richesses qui seraient réinvesties dans l’économie française et nous dire qu’on ne peut pas augmenter les salaires des salariés alors » que cela favoriserait « la demande » et donc « l’emploi », a insisté M.Veyrier.

ac-bow/lum/nth