SNCF: les syndicats mettent la direction en demeure de respecter le droit de grève

PARIS, 10 avril 2018 (AFP) – Les syndicats CGT, Unsa et CFDT de la SNCF qui ont lancé une grève par épisode ont écrit mardi à la direction du groupe pour la mettre « en demeure » de respecter « l’exercice du droit syndical et du droit de grève ».

Les trois organisations attaquent ainsi la décision de la direction de considérer leurs différents préavis d’arrêt de travail de deux jours comme étant un seul et unique mouvement de grève, ce qui permet au groupe de ne pas payer des jours de repos aux grévistes.

« La prétention de la SNCF à regrouper en un seul et même mouvement les arrêts de travail successifs (…) ne saurait être admise et témoigne d’une déloyauté, contraire à ses engagements », écrivent les syndicats dans leur courrier adressé à la direction, publié sur le compte Twitter de la CGT Cheminots.

La direction ne doit « pratiquer aucune retenue autre que celle strictement relative aux jours de grève, sauf à elle de saisir préalablement un juge pour voir trancher la différence d’interprétation des modalités de grève l’opposant aux organisations syndicales », poursuivent ces dernières.

La CGT Cheminots, l’Unsa ferroviaire et la CFDT Cheminots dénoncent la « volonté » de la direction « d’induire en erreur » les salariés du groupe et « de nuire aux droits des agents par la diffusion de fausses informations sur les modalités pratiques d’exercice de leur droit de grève ».

« Au contraire de vos dires », disent les syndicats à la direction, « notre action est un mouvement respectueux de la loi du 21 août 2007 » et « aucun préavis n’est déposé pour les mêmes motifs avant l’issue du préavis en cours ».

Après deux premiers épisodes de grève, qui ont fortement perturbé le trafic ferroviaire, le troisième préavis de grève concernera la période allant de jeudi soir 20H00 à dimanche matin à 07H55. Le syndicat SUD-Rail a lui déposé un préavis de grève illimité.

er/lum/bw