SNCF: Pavageau (FO) accuse le gouvernement de « déprotéger » les cheminots

PARIS, 7 mai 2018 (AFP) – Le nouveau secrétaire général de Force Ouvrière (FO), Pascal Pavageau, reçu lundi par le Premier ministre, a accusé le gouvernement de « déprotéger » les cheminots de la SNCF avec son projet de réforme ferroviaire.

Avec la prochaine ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de personnes, les cheminots « vont se retrouver dans des conditions dégradées, transférés dans des entreprises qui vont appliquer un moindre coût salarial (…) déprotégés avec moins de droits, moins de rémunération », a-t-il déclaré à la presse à la sortie d’une réunion avec Edouard Philippe.

En outre, a-t-il ajouté, les usagers devront « payer plus avec des lignes en moins. Tout le monde va être perdant », « nous serons tous et toutes les victimes à un moment donné de cette contre-réforme ».

FO, syndicat représentatif dans la branche ferroviaire mais pas à la SNCF, a « proposé une issue (au conflit) par la négociation », ce qui a été « refusé par le gouvernement » qui « ne veut discuter de rien », a indiqué M. Pavageau.

« On est bien parti pour le maintien de la grève », a-t-il estimé, tout en soulignant que c’était aux cheminots d’en prendre la décision en assemblée générale.

Avec l’ouverture à la concurrence, « on va avoir de multiples entreprises qui vont se partager un réseau en très mauvais état et sur lequel aucune d’entre elles ne viendra investir », a-t-il dénoncé. Il y aura aussi « une situation dégradée » pour les salariés « couverts aujourd’hui par (le) statut » de cheminot que le gouvernement a « décidé de façon unilatérale de casser », a-t-il ajouté.

« On a rappelé qu’il n’y a aucune obligation dans le cadre de cette ouverture à la concurrence de toucher au statut et, pourtant, c’est ce que dogmatiquement, idéologiquement, le gouvernement a choisi de faire », a-t-il critiqué.

er/db/bma