SNCF Réseau veut embaucher près de 2.000 personnes en 2020

PARIS, 17 juin 2020 (AFP) – SNCF Réseau veut embaucher près de 2.000 personnes en 2020, en réservant la moitié de ces emplois à des métiers « prioritaires », comme les aiguilleurs ou les électriciens, a indiqué mercredi son directeur des ressources humaines (DRH), Georges Ichkanian.

La société gestionnaire des voies ferrées françaises a « quatre cibles prioritaires sur l’ensemble du territoire national: les aiguilleurs du rail, les électriciens, les techniciens télécoms et les monteurs de câbles électriques aériens », avec un total d' »environ mille candidats que nous recherchons », a déclaré M. Ichkanian à des journalistes.

Pour « ces quatre grands métiers, sur lesquels il y a des besoins récurrents », devenus « particulièrement aigus avec la crise sanitaire », SNCF Réseau a « des besoins significatifs dans cinq régions: Hauts-de-France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Ile-de-France », a précisé le DRH. « Un tiers de nos recrutements sont en Ile-de-France, où nous avons des besoins importants dans tous les domaines », a-t-il souligné.

Si « le rythme » des recrutements a été « normal jusqu’à mi-mars », la crise sanitaire et le confinement ont provoqué « un ralentissement très net », malgré « des procédures de recrutement à distance assez efficaces », a-t-il relevé. Actuellement, « c’est en train de repartir fortement », a-t-il dit.

« Pour l’ensemble » de SNCF Réseau, « sur 2020, nous recherchons un niveau de candidats proche de 2.000 globalement », a indiqué M. Ichkanian.

En 2019, marqué par « un nombre significatif de départs à la retraite », SNCF Réseau a recruté près de 2.000 personnes et augmenté ses effectifs d’environ 200 salariés par rapport à l’année précédente, a précisé le DRH.

Cette année, « il y aura un peu moins de départs à la retraite » mais « on restera dans un solde globalement positif en termes d’emploi », a-t-il estimé. « Nous maintenons un cap emploi assez fort » car « il nous faut investir dans les compétences humaines », a-t-il noté.

Les métiers « en tension », comme celui d’électricien, souffrent d' »un problème d’adéquation » entre les besoins des entreprises et le nombre de jeunes formés à ces métiers techniques à l’école, a-t-il considéré. Chez SNCF Réseau, mais aussi « chez Vinci, Bouygues », etc., « le besoin en électriciens est très important », a-t-il dit.

Face à ces employeurs concurrents, les salaires offerts par SNCF Réseau sont « globalement » conformes à ceux du marché, selon le DRH.

er/cel/dlm