SUD Poste 92 appelle à une grève régionale le 13 novembre en Ile-de-France

PARIS, 26 octobre 2018 (AFP) – SUD Poste 92, qui mène depuis fin mars une grève reconductible dans les Hauts-de-Seine, appelle les autres organisations syndicales d’Ile-de-France à lancer « une grève régionale » le 13 novembre pour défendre les conditions de travail des postiers, a indiqué le syndicat vendredi.

« On met sur la table de l’ensemble des organisations syndicales régionales l’idée d’une grève régionale le 13 novembre », afin de « faire en sorte que les postiers et les postières de la région s’unissent et agissent ensemble », a déclaré Gaël Quirante, représentant syndical de SUD Poste 92.

Après sept mois de grève dans les Hauts-de-Seine, notamment pour dénoncer des conditions de travail dégradées, « la direction ne fait aucune proposition qui permettrait qu’on puisse aboutir à un accord », a-t-il lancé au micro à une trentaine de manifestants rassemblés devant le siège de La Poste, à Paris.

Cet appel à la grève concernerait « tous les métiers, tous les services » de La Poste, pas seulement la distribution du courrier, a précisé à des journalistes M. Quirante, dont le licenciement fin mars par La Poste avait déclenché le mouvement social.

« La Poste a misé sur le pourrissement du conflit. La réalité, c’est que la grève perdure, ça pousse la détermination des collègues », avec « actuellement plus de 150 grévistes » dans les Hauts-de-Seine, a-t-il affirmé. Selon lui, à Neuilly-sur-Seine, « il y a autour de 70% de grévistes aujourd’hui ».

Certes, « c’est une véritable catastrophe » pour la distribution du courrier, « mais la responsabilité » en incombe à la direction, a estimé M. Quirante. « Les questions cruciales à traiter, ce sont les questions d’emploi, les restructurations. Les postiers ne sont pas des mulets », a-t-il ajouté, en dénonçant des suppressions d’emplois alors que « la charge de travail ne diminue pas ».

Il a rappelé qu’il y avait « une augmentation des courriers recommandés et des petits paquets ». Et certains facteurs doivent désormais travailler « le matin et l’après-midi », soit « une double charge » pour « le même salaire ».

M. Quirante a également dit ressentir « une énorme tristesse et une énorme colère » après le suicide d’une postière retrouvée pendue à son domicile, près de Sarlat (Dordogne). Les syndicats locaux ont dénoncé jeudi un contexte de réorganisation « à la hussarde » et de « harcèlements » répétés.

er/lum/or