SUD-Rail et la CGT Lafarge-Holcim appellent à manifester avec les « gilets jaunes »

PARIS, 5 décembre 2018 (AFP) – Le syndicat SUD-Rail et la CGT du groupe Lafarge-Holcim ciment ont appelé mercredi à manifester samedi avec les « gilets jaunes » dans toute la France, le syndicat ferroviaire appelant aussi les cheminots à laisser les « gilets jaunes » voyager « gratuitement » en train.

« Donnons la possibilité à l’ensemble des +gilets jaunes+ de pouvoir emprunter gratuitement le réseau ferroviaire national qui est la propriété du peuple », écrit SUD-Rail, qui veut « permettre aux +gilets jaunes+ de pouvoir se rassembler et manifester, à Paris ou en région ».

Le troisième syndicat de la SNCF appelle les cheminots à se joindre aux « mobilisations à venir, notamment celle du samedi 8 décembre, et met à disposition son outil syndical et son préavis national reconductible » de grève toujours « en cours pour permettre à celles et ceux qui le souhaitent de se joindre au mouvement, y compris sous cette modalité ».

Le « ras-le-bol » exprimé par les « gilets jaunes » est « aussi le nôtre », ainsi « les cheminots doivent de nouveau répondre présents », estime SUD-Rail.

La CGT de Lafarge-Holcim ciment « sera auprès des +gilets jaunes+ samedi dès lors qu’il y aura des manifestations », a déclaré à l’AFP Sylvain Moreno, délégué syndical central. « Notre volonté, c’est de défendre la démocratie, le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. On veut faire vivre la démocratie », a ajouté M. Moreno, dont le syndicat n’appelle pas à faire grève samedi.

« La rue est à tout le monde. Si on n’y va pas, ce sera donner du poids à l’ultra-droite. Parmi les +gilets jaunes+, il y a aussi des syndicalistes », a-t-il relevé. La CGT de Lafarge-Holcim ciment participera à la journée d’actions organisée par la confédération CGT le 14 décembre (pour une augmentation « immédiate » des salaires, des pensions et de la protection sociale) mais « on a décidé d’anticiper » cette mobilisation en manifestant samedi avec les « gilets jaunes », a-t-il expliqué.

Plusieurs fédérations de la CGT ont par ailleurs souhaité, mercredi dans un communiqué commun, que « des discussions et des échanges puissent se tenir partout » avec les « gilets jaunes ».

Tout en « respectant l’indépendance » de ce mouvement, la fédération CGT agroalimentaire et forestière, celles des cheminots, du commerce et des services, des industries chimiques, des mines-énergie, des ports et docks, ainsi que celle des transports notent que « chacun contribue dans son domaine d’action à développer le rapport de force sur les revendications sociales et économiques ».

er/lum/swi