Suicides chez Technip: les syndicats font appel de la décision du TGI

 PARIS, 11 juillet 2019 (AFP) – Les syndicats et les instances représentatives du personnel de Technip France ont décidé de faire appel d’une décision du tribunal de grande instance de Nanterre qu’ils jugent insuffisamment contraignante, après quatre suicides intervenus dans l’entreprise, ont annoncé jeudi la CGT et la CFDT.

Saisi en référé, le TGI avait ordonné le 23 mai à l’entreprise parapétrolière de respecter ses obligations en matière de sécurité et prévention des risques psycho-sociaux, mais sans assortir sa décision de mesures contraignantes telles qu’un calendrier et des astreintes financières.

« Échaudés par l’inertie de la direction sur tous ces sujets – malgré les quatre suicides de salariés intervenus depuis 2015 et les très nombreux cas de souffrance au travail constatés -, élus et syndicats craignent que Technip continue de surseoir à ses obligations. Désireux d’obtenir un jugement contraignant, ils ont décidé de faire appel », indique un communiqué signé par la CGT et la CFDT.

Les syndicats rappellent que, parallèlement, une information judiciaire a été ouverte le 20 mai par le parquet de Nanterre concernant trois suicides qui ont eu lieu entre 2015 et 2017, sur des chefs d’homicides involontaires et de harcèlement moral.

Dans cette affaire, les auditions du juge d’instruction ont commencé, selon les syndicats. Le CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), le comité d’entreprise, la CFDT et la CGT ont décidé de se porter partie civile dans le cadre de l’information judiciaire, aux côtés de deux des trois familles concernées.

Un quatrième suicide est intervenu le 1er mars dernier, rappellent les syndicats.

mpf/bfa/shu