Taxer les contrats courts, « pas la bonne solution » (Medef)

PARIS, 2 mars 2018 (AFP) – Taxer les contrats courts n’est « pas la bonne solution », a estimé vendredi le vice-président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, alors que le gouvernement menace d’imposer un bonus-malus si les branches ne trouvent pas de solution pour limiter le recours à ces contrats.

« La mauvaise solution c’est celle qui était préconisée dans le programme présidentiel, qui est celle de taxer », a-t-il déclaré sur France Info. « Ca a déjà été essayé, ça ne marche pas », a-t-il poursuivi.

La ministre du Travail a annoncé vendredi dans un entretien au Parisien que les branches professionnelles auraient jusqu’à la fin de l’année pour trouver, par la négociation, des solutions contre les contrats courts. Faute de « résultats satisfaisants », le gouvernement leur imposera « un bonus-malus dont la possibilité sera inscrite dans le projet de loi ».

Les branches « vont discuter », a assuré M. Roux de Bézieux, appelant toutefois à partir de la « réalité économique ».

« L’économie est de plus en plus ce qu’on appelle à la demande », a-t-il observé. « Quand vous commandez pour le Black Friday chez Amazon ou chez un autre, vous voulez que ce soit livré dans les 24h », a-t-il argumenté, jugeant que les patrons devaient avoir un système de contrats permettant de répondre à cette demande.

« Le vrai sujet c’est la structure du contrat de travail », a-t-il estimé.

edy/fka/pb