Tiers payant: des solutions techniques proposées en janvier

PARIS, 16 décembre 2015 (AFP) – Des solutions techniques de mise en oeuvre du tiers payant généralisé, mesure phare de la loi santé très décriée par les médecins, seront soumises au gouvernement en janvier, a assuré mercredi le patron de l’Assurance maladie Nicolas Revel.

Le rapport commandé par le gouvernement à l’Assurance maladie et aux organismes de complémentaires santé (mutuelles, institutions de prévoyance, assurances) « sera remis en janvier », assure le directeur général de la Cnamts (Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés) dans un entretien à Libération.

Soit « dans le mois qui suivra le vote de la loi » santé de la ministre Marisol Touraine, qui doit être définitivement adoptée jeudi à l’Assemblée nationale, et bien après le 31 octobre, comme prévu initialement.

« L’enjeu pour l’Assurance maladie sera d’être prête dès juillet prochain, car le tiers payant sera alors ouvert à tous les assurés en affection de longue durée ou en maternité », explique M. Revel, soulignant que « plus de 10 millions de personnes » seront concernées.

« Les solutions que nous proposerons aux médecins pour cette première étape seront un véritable test de notre capacité à réussir le tiers payant généralisé en 2017 », estime-t-il.

Farouchement opposés à la mesure, les médecins sont convaincus que le dispositif sera inapplicable, qu’il engendrera des retards de paiement et les noiera sous la paperasse.

Marisol Touraine a elle toujours promis un tiers payant simple, praticable « en seulement quelques clics ».

S’il « comprend les craintes des médecins », Nicolas Revel se dit « convaincu » de pouvoir déployer un système répondant « à leurs exigences légitimes de simplicité et fiabilité ».

Autre dispositif visant à réduire les inégalités d’accès aux soins évoqué dans l’entretien, la mise en place depuis juillet de contrats spéciaux pour les bénéficiaires de l’aide à la complémentaire santé (ACS), coup de pouce financier aux ménages modestes.

Selon M. Revel, « 300.000 contrats ont déjà été signés depuis juillet », mais « beaucoup » de bénéficiaires potentiels ne demandent pas cette aide, a-t-il regretté, envisageant de « nouvelles modalités » d’information et d’accompagnement des assurés.

Enfin, pour lutter contre les déserts médicaux, M. Revel souhaite « que la prochaine convention améliore les dispositifs incitatifs » à l’installation des médecins dans les zones sous-denses, les jugeant « dispersés et peu lisibles ».

ac/db/psa/gf