Tilly-Sabco: le tribunal rendra sa décision le 16 décembre sur la reprise

BREST, 5 décembre 2016 (AFP) – L’abattoir de volailles Tilly-Sabco Bretagne, en redressement judiciaire depuis juillet et qui fait l’objet de trois offres de reprise, sera fixé sur son sort le 16 décembre, a-t-on appris lundi après une audience devant le tribunal de commerce de Brest.

Les quatre offres de reprise sont devenues trois, le groupe saoudien Al Dhahry s’étant associé à l’industriel breton Le Clézio, a indiqué Corinne Nicole, déléguée CGT de l’entreprise.

« Ils proposent de reprendre le site de Guerlesquin pour les activités abattage et saucisses avec 80 salariés, dont 55 en chômage partiel durant 12 mois », a-t-elle expliqué.

La société néerlandaise Wegdam en garderait 45. Enfin le volailler LDC maintient sa proposition de reprise de 8 salariés pour l’activité saucisses à Plouay (Morbihan), et un reclassement de 50 salariés sur d’autres sites, avec reprise de l’ancienneté.

« C’est très dur car on voit l’entreprise se démanteler depuis des années. On a été plus de 900 et quand on voit le périmètre de reprise sociale, il y a des vies derrière, c’est ça qui nous prend aux tripes », s’est désolée Mme Nicole.

Le tribunal de commerce de Brest a écouté ce lundi les représentants des salariés et les candidats à la reprise de l’abattoir de Guerlesquin (Finistère). Il a mis sa décision en délibéré au 16 décembre.

Tilly-Sabco Bretagne a été placé en redressement judiciaire le 29 juillet avec une période d’observation de six mois.

Il avait été sauvé de la faillite en décembre 2014 grâce à son rachat par trois investisseurs : la CCI de Morlaix, le britannique MS Foods et le fonds d’investissement Breizh Algae Invest, lancé par le groupe Olmix spécialisé dans les biotechnologies. Mais ces deux derniers se sont depuis désengagés.

Ce rachat avait permis la sauvegarde de 200 emplois sur les plus de 320 que comptait l’entreprise, dont l’activité est à l’arrêt depuis plusieurs mois.

Tilly-Sabco Bretagne est présent sur deux segments de marché, les produits élaborés (saucisses de poulet et poulet) et produits frais et congelés (produits non transformés commercialisés entiers ou découpés). En 2015, 82% de son chiffre d’affaires provenait de l’activité poulet et 18% de l’activité saucisses.

cor-hdu/hg/phc