TPE, temps partiel et femmes, les plus concernés par la revalorisation du Smic (Dares)

PARIS, 19 novembre 2018 (AFP) – Les salariés des très petites entreprises (TPE) sont trois fois plus concernés par la revalorisation du Smic, qui concerne aussi beaucoup de salariés à temps partiel et de femmes, selon une étude du service statistiques du ministère du Travail publiée lundi.

Le Smic a été revalorisé à hauteur de 1,2% au 1er janvier 2018 (passant de 9,76 euros à 9,88 euros brut/heure, soit 1.498,50 euros brut mensuels pour un temps plein), selon le mécanisme de revalorisation automatique.

Selon cette étude, cette revalorisation a bénéficié à près de deux millions de salariés du secteur privé, ce qui représente 11,5% des salariés au total.

Historiquement, explique la Dares, « la part des bénéficiaires de la revalorisation du Smic est passée de 16,3% en juillet 2005 à 9,8% au 1er janvier 2010 ». « Depuis le 1er janvier 2011 elle varie peu et se situe autour de 11% », ajoute-t-elle.

En 2018, 26,5% des salariés des TPE (moins de 10 salariés) ont bénéficié d’une revalorisation du Smic contre contre 8,1% dans les entreprises de 10 salariés ou plus – part trois fois plus élevée, donc. Les salariés des TPE représentent 42% des bénéficiaires de la revalorisation du Smic et 18% de l’ensemble des salariés.

Un quart des salariés à temps partiel est concerné par la revalorisation du Smic (24,9%), trois fois plus que pour les salariés à temps complet (8,1%).

Parmi les bénéficiaires de cette revalorisation du salaire minimum, 58,3% sont des femmes, soit 1.150.000 salariés.

L’Etat n’a plus accordé de coup de pouce au Smic depuis juillet 2012, au lendemain de l’élection de François Hollande.

Le Smic a bénéficié en 2018 de la hausse mécanique, calculée selon deux critères: l’inflation constatée pour les 20% de ménages aux plus faibles revenus et la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire de base ouvrier et employé (SHBOE).

Le groupe d’experts sur le Smic avait préconisé l’année dernière de revoir l’indexation automatique du Smic mais n’avait pas été suivi par l’exécutif.

dec/bfa/or