Transports routiers de voyageurs : hausse des salaires minimaux en 2019

PARIS, 12 février 2019 – Déposés le 7 février dernier en vue d’une extension, quatre avenants, signés par toutes les organisations patronales des transports routiers de voyageurs (OTRE – CNM – FNTR – Union TLF) et les fédérations syndicales CFDT, CFTC et FO, fixent de nouvelles grilles de salaires minimaux au 1er janvier 2019 pour toutes les catégories professionnelles des transports routiers de voyageurs.

Les rémunérations conventionnelles sont revalorisées de 2 % au 1er janvier 2019. Cette mesure est applicable aux barèmes applicables depuis le 1er janvier 2018 et résultant des avenants signés le 15 décembre 2017. La nouvelle grille salariale concernant le personnel ouvrier débute ainsi à 1 528,47 € (contre 1 498,50 € dans la grille précédente).

Nouveaux montants de janvier 2019

Les nouveaux barèmes comportent, pour le personnel ouvrier, le nouveau coefficient de haut de grille 155 V. Pour le personnel ouvrier (avenant n° 111), le taux de salaire horaire (montant sans ancienneté) est ainsi porté de 9,88 € à 10,0776 €, pour les cinq premiers montants (coefficients 110 V à 128 V). La grille est donc en totalité supérieure au Smic (10,03 € depuis le 1er janvier 2019). Au-delà, elle est comprise entre 10,2307 € (coefficient 131 V) et 11,6540 € (coefficient 155 V).

Pour les employés (avenant n° 94), le taux de salaire horaire (sans ancienneté) est porté de 9,9711 € à 10,1705 € pour les deux premiers montants (coefficients 105 et 110). Au-delà, cette grille varie entre 10,1732 € (coefficient 115) et 10,9978 € (coefficient 148,5).

Pour les techniciens et agents de maîtrise (avenant n° 92) les nouveaux taux de salaire horaire (montants à l’embauche) sont désormais échelonnés entre 11,1114 € (pour le coefficient 150) et 16,6636 € (pour le coefficient 225).

Concernant le personnel ingénieur et cadre (avenant n° 84), les rémunérations annuelles garanties varient (montants garantis dus jusqu’à cinq ans d’ancienneté dans le groupe) entre 31 232,70 € et 54 344,34 €. La revalorisation de 1,2 % porte également sur les demi-primes et primes pour travail effectué un jour férié ou un dimanche. Leurs montants sont portés respectivement de 14,06 € à 14,34 € et de 28,10 € à 28,66 €.