Travail de nuit dans le commerce: 1 à 2% des ventes réalisées en soirée, selon un cabinet

PARIS, 22 novembre 2019 (AFP) – Seulement 1 à 2% des ventes de la journée sont réalisées le soir entre 21H00 et minuit dans les hypers, supermarchés ou magasins de proximité, selon une étude du cabinet Nielsen publiée vendredi.

« L’essentiel est réalisé entre 21H00 et 22H00 », note le cabinet. Ce chiffre de 1 à 2% après 21H00 est calculé à partir du panel Nielsen portant sur les achats de 14.000 foyers français et à partir des ventes de grandes enseignes de janvier à octobre.

La grande distribution souhaite pouvoir ouvrir en soirée, arguant des changements d’habitude de consommation des français et de la concurrence du commerce sur Internet.

« Si l’essentiel de ces ventes nocturnes est à l’heure actuelle réalisé entre 21H00 et 22H00, on peut penser qu’en fonction des zones et des profils de clients, les courses de nuit pourraient se développer selon les évolutions à venir du cadre législatif », a observé Daniel Ducrocq, directeur distribution chez Nielsen.

« Mais ces ouvertures ne répondent qu’à une partie minoritaire de la clientèle et n’ont sans doute pas vocation à représenter une partie importante des ventes », ajoute-t-il, tout en reconnaissant qu’à Paris, le chiffre de ventes est probablement plus important.

La législation encadre aujourd’hui uniquement le travail de nuit dans le commerce alimentaire de détail dans les « zones touristiques internationales » à des conditions précises: rémunération double, compensation en heures de repos équivalente au temps travaillé, aide à la garde d’enfants et prise en charge du retour du salarié à domicile.

Mais les enseignes souhaitent pouvoir généraliser l’ouverture en soirée à moindre coût dans les zones urbaines hors ZTI.

Monoprix ouvre déjà 129 magasins (sur 289 Monoprix) jusqu’à 22H00, dont 15 en zone touristique internationale et avance que 10% du chiffre d’affaires est réalisé après 20H00 à Paris.

La CGT a contesté devant la justice les accords sur le travail de nuit conclus à Monoprix (signés par la CFDT et la CFE-CGC). La décision du Tribunal de grande instance de Paris, plusieurs fois reportée, devrait intervenir le 29 novembre… sauf nouveau report, dans l’attente d’un cadre législatif.

Le gouvernement a annoncé le 12 novembre qu’il prendrait une ordonnance sur le travail de nuit « dans un délai de 18 mois », à l’issue d’une concertation.

« Quelle concertation? Le sujet n’est même pas à l’ordre du jour de la branche », a déclaré à l’AFP Amar Lagha, secrétaire général de la Fédération CGT Commerce Services.

mpf/lum/tes