Travail dominical: les syndicats qui bloquent « ne veulent pas créer d’emplois », accuse Gattaz

PARIS, 16 février 2016 (AFP) – Les syndicats qui s’opposent à des accords sur le travail dominical dans les entreprises, comme à la Fnac, « ne veulent pas créer d’emplois », a dénoncé mardi le président du Medef Pierre Gattaz, se disant « très mécontent » des blocages.

« On n’a pas réglé le problème du travail du dimanche aujourd’hui », a déclaré M. Gattaz lors de sa conférence de presse mensuelle.

« Aujourd’hui, vous avez toujours des syndicats qui bloquent (…) Clairement, ces gens-là ne veulent pas créer d’emplois, il faut le dire », s’est emporté le président du Medef, qui s’est dit « très mécontent de ces positions qui sont purement dogmatiques et idéologiques ».

A la Fnac par exemple, un accord sur le travail du dimanche a été approuvé par la CFTC, la CFDT et la CFE-CGC, qui représentent plus de 30% des salariés aux élections professionnelles, mais il devrait être invalidé par l’opposition majoritaire de la CGT, SUD et FO.

Pour lui, les règles sont « d’une complexité extrême », alors que « le travail du dimanche doit être très simple ».

« C’est de l’emploi, a-t-il argumenté, il y a plein de gens qui veulent, plein de salariés qui sont d’accord ». « Il y a des salariés qui ne sont pas d’accord, pas de problème », a-t-il ajouté.

La loi Macron, qui élargit les ouvertures dominicales dans les zones touristiques et commerciales, pose comme principe la conclusion d’un accord avec les organisations syndicales. Depuis la parution des décrets en septembre, des négociations se sont ouvertes dans de nombreuses enseignes, mais encore peu ont abouti.

jah/db/ggy