Un accord sur la prévention santé-sécurité signé chez Manpower

PARIS, 13 septembre 2018 (AFP) – Un accord pour la prévention santé sécurité des intérimaires, visant à « compléter et enrichir » l’accord signé dans la branche en 2017, a été conclu chez Manpower, a indiqué jeudi l’entreprise.

Cet accord, signé en juin avec quatre syndicats (CGT, CFDT, CFE-CGC, FO), propose « un accompagnement des entreprises d’accueil en matière de sécurité et de santé des salariés intérimaires », a précisé Manpower dans un communiqué, avec l’ambition de « tendre vers le zéro accident du travail ».

Selon Manpower, il est « le premier à prendre spécifiquement en compte la protection des intérimaires en impliquant l’ensemble des parties prenantes » (agences de la société d’intérim, entreprises utilisatrices et intérimaires).

La fréquence des accidents du travail est beaucoup plus élevée pour les intérimaires que dans l’ensemble de la population salariée. En 2016, l’indice de fréquence s’est établi à 48,3 accidents avec arrêt pour 1.000 salariés, en hausse de 8% sur 2015, contre 33,8 pour l’ensemble des salariés, selon les derniers chiffres de l’assurance maladie – risques professionnels.

« Force est de constater que le nombre d’accidents du travail dont sont victimes les salariés intérimaires est trop élevé et plus important que celui des salariés de l’entreprise utilisatrice », est-il d’ailleurs souligné dans le préambule de l’accord, consulté par l’AFP, et applicable pour les années 2018-2021.

Au nombre des engagements prévus par l’accord, « développer des partenariats de prévention » avec les entreprises utilisatrices, « renforcer leur connaissance des postes de travail et des risques associés », « sensibiliser, former les salariés » à la prévention des risques ou « communiquer sur le devoir d’alerte et le droit de retrait des intérimaires ».

Le texte organise les « modalités pratiques » de l’accord de branche, a souligné Alain Wagmann, de la CGT-Intérim, premier syndicat chez Manpower, en souhaitant que de tels accords « soient signés dans toutes les entreprises » du secteur.

Avec cet accord, outre la « mise en oeuvre pratique », « on contrôle et on regarde comment ça marche », a-t-il ajouté.

En mars 2017, un accord sur la sécurité et la santé au travail dans le secteur de l’intérim, fruit d’une négociation engagée depuis plusieurs années, avait été conclu entre quatre syndicats (CGT, CFDT, FO, CFTC) et Prism’Emploi, l’organisation patronale de la branche.

sp/lum/bma