Un ancien homme de médias nommé à la tête du patronat britannique

LONDRES, 11 juin 2020 (AFP) – Le dirigeant d’entreprise Tony Danker, ancien homme de médias, va prendre la tête de la principale organisation patronale britannique (CBI) à un moment crucial pour l’économie, confrontée au choc de la pandémie et au risque de Brexit sans accord.

M. Danker succédera comme directeur général en novembre à Carolyn Fairbairn qui est en poste depuis 2015, a annoncé la CBI dans un communiqué mercredi soir.

Elle était la première femme à occuper ce poste et n’a eu de cesse de défendre un Brexit le moins désordonné possible pour les entreprises, parfois en s’opposant au gouvernement.

La CBI avait milité pour le maintien dans l’UE avant le référendum de 2016.

Depuis le début de la crise sanitaire, l’organisation patronale tente aux côtés des pouvoirs publics de limiter la casse pour les entreprises face à une récession historique dans le pays.

« C’est un honneur d’avoir été choisi pour diriger la CBI qui réalise un travail crucial en réponse au Covid-19 », a déclaré M. Danker.

Il aura la lourde tâche de représenter le monde des affaires britannique alors que ce dernier est assommé par la pandémie et mettra de longs mois à se relever avec à la clé des restructurations et suppressions d’emplois en masse.

L’autre risque est celui d’un Brexit sans accord à la fin de l’année, une hypothèse renforcée par les difficiles négociations entre Londres et Bruxelles.

« Les entreprises n’ont pas le temps de se préparer à un Brexit sans accord », a prévenu Mme Fairbairn dans un entretien à la BBC jeudi.

« Juste au moment où la maison brûle, il ne fait aucun sens de mettre le feu à l’abri dans le jardin », estime-t-elle.

D’ici sa prise de fonction, M. Danker restera directeur général de Be the Business, un mouvement à but non lucratif qui accompagne et conseille les entreprises.

M. Danker avait été entre 2010 et 2017 un haut responsable du groupe de médias possédant le quotidien de gauche The Guardian dont il a mené le développement à l’international et la restructuration.

Auparavant, il avait travaillé entre 1998 et 2008 au sein du cabinet de conseil McKinsey à Londres et Washington puis de 2008 à 2010 avait été conseiller ministériel dans le gouvernement travailliste de Gordon Brown.

La CBI précise que 57% des candidats pour le poste de directeur général étaient des femmes, tandis que 10% faisaient partie d’une minorité « BAME » (noir, asiatique ou autre minorité ethnique).

La semaine prochaine lors d’une assemblée générale, la CBI va en outre changer de président, dont le rôle n’est pas exécutif contrairement à celui de directeur général.

John Allan sera alors remplacé par Karan Bilimoria, fondateur de la marque de bière Cobra.

jbo/sl