Une chute de hauteur toutes les cinq minutes en 2017

PARIS, 7 novembre 2018 – 632 918 accidents du travail (AT) (+ 1,1 % par rapport à 2016), dont 530 décès, tel est le bilan de la sinistralité au travail en 2017 pour les salariés du régime général, présenté au Conseil national d’orientation des conditions de travail (Cnoct), le 30 octobre, par le Directeur général du travail, Yves Struillou.

Si le nombre d’AT a ainsi augmenté sur un an, leur fréquence a toutefois diminué : 33,6 pour 1 000 salariés (– 0,5 %). Cela s’explique par l’augmentation concomitante du nombre de salariés. Les trois premières causes d’AT étaient la manutention manuelle (51 %), les chutes de hauteur ou de plain-pied (28 %) et l’outillage à main (8 %). En moyenne en 2017, il se produisait une chute de hauteur toutes les cinq minutes en France.

Par ailleurs, 92 741 accidents de trajet se sont produits la même année (+ 4,3 %), dont 264 décès. 48 522 maladies professionnelles ont été reconnues en 2017 (– 0,5 %), dont 336 décès. 87 % d’entre elles étaient des troubles musculo-squelettiques (42 349 cas, – 0,4 %), 6,5 % des maladies liées à l’amiante (3 149 cas, – 5,9 %) et 1,7 % des affections psychiques (806 cas, + 35 %). Ces données sont issues du rapport de gestion de la Cnam à paraître en décembre 2018.