Valls et Hollande rencontrent mardi les présidents de région pour parler emploi

PARIS, 30 janvier 2016 (AFP) – Manuel Valls réunira mardi matin à Matignon les présidents de régions élus en décembre pour discuter de la mise en oeuvre du plan emploi du gouvernement, avant un rendez-vous des nouveaux élus avec François Hollande à l’Elysée.

L’exécutif compte sur les nouvelles grandes régions pour l’aider à développer la formation et l’apprentissage, qui sont au coeur de son plan d’urgence pour l’emploi.

Manuel Valls a déjà rencontré séparément la plupart des présidents des nouveaux Conseils régionaux – dont Valérie Pécresse (Les Républicains), Xavier Bertrand (LR), Alain Rousset (PS)… – désormais majoritairement de droite, et l’Association des régions de France (ARF) attend « des décisions fortes » de la part du gouvernement lors de cette nouvelle rencontre.

A partir de 10H00, une première table ronde doit porter sur l’emploi, l’apprentissage et la formation, avec les patrons de régions et les préfets, a-t-on appris auprès de l’ARF. Une seconde doit ensuite être consacrée au développement économique.

Les discussions se poursuivront lors d’un déjeuner avec François Hollande à 13H00 à l’Elysée. Une réunion du « groupe de suivi des préfets de région » est ensuite programmée.

Au lendemain du second tour des régionales, marquées par la montée du Front national et la naissance des nouvelles grandes régions, le chef de l’Etat avait annoncé qu’il recevrait rapidement « tous les présidents de régions ». Le 18 janvier, il s’est dit « prêt à modifier la loi si nécessaire » pour étendre les compétences des régions sur la formation et l’apprentissage.

Les présidents de région s’estiment les mieux placés pour connaître les vrais besoins des entreprises dans ce domaine. Ils veulent notamment que les régions soient « le seul pilote des politiques d’emploi et de formation », pour éviter toute concurrence avec Pôle Emploi.

Un « plan de mobilisation commun État-Régions pour l’emploi » doit, selon eux, passer par « l’unification du processus de commande de formation pour les chômeurs sous le pilotage des régions » et par « le pilotage par les régions du service public d’accompagnement vers l’emploi au-delà des dispositions de la loi NOTRe » sur la nouvelle organisation du territoire. Votée en juillet 2015, celle-ci renforce les prérogatives des régions sur le plan économique.

Désormais présidée par Philippe Richert (LR), le président de la région Grand Est, l’ARF entend avoir « à intervalles très réguliers » des échanges avec le gouvernement pour parvenir « à une véritable articulation dans le domaine de l’action publique ».

L’association regroupe les 13 régions métropolitaines, les quatre régions et territoires d’outremer et Mayotte, soit un total de 18 membres.

dch/frd/bma/pre