Vente du groupe hospitalier mutualiste à Grenoble: le CHU rejoint la candidature d’une association

GRENOBLE, 28 mai 2020 (AFP) – Le CHU Grenoble-Alpes a annoncé jeudi son intention de rejoindre la candidature d’une association pour participer au rachat du groupe hospitalier mutualiste (GHM) de la ville, dont la mise en vente a soulevé l’inquiétude des salariés et des usagers.

Le CHU et l’Association grenobloise pour la gestion de la dialyse et des usagers porteurs de maladies chroniques (AGDUC), à l’initiative de cette coopération, vont déposer vendredi un dossier commun de reprise autour d’un « partenariat 50-50 », ont indiqué à la presse leurs représentants.

L’annonce de ce rapprochement, qui prendra la forme d’un « groupement de coopération sanitaire », a été précédée jeudi matin d’une délibération favorable du conseil de surveillance du CHU de Grenoble.

Les deux partenaires estiment que la vente du GHM est « peut-être l’occasion unique » de « créer un maillage territorial beaucoup plus coopératif et solidaire » entre des « acteurs de santé » en concurrence et « déficitaires ».

Ils s’engagent à « poursuivre les missions de service au public et le développement des six instituts du GHM, tout en sauvegardant l’emploi des professionnels et en conservant le statut d’Établissement de santé privé d’intérêt collectif (ESPIC) ».

« L’objectif de la construction du projet médico-soignant est de maintenir l’intégrité du GHM », a expliqué Monique Sorrentino, la directrice générale du CHU de Grenoble.

« Ce n’est pas un projet financier. Nous sommes très attachés à ce que le GHM reste autonome et non lucratif. Aucun service ne fermera. Nous allons cependant réorganiser les choses dans l’intérêt de l’établissement », a souligné Pierre Maréchal, le président de l’AGDUC.

« Mais il y a d’autres offres concurrentes qui viennent essayer de troubler le jeu et que l’on dérange », a-t-il précisé.

L’AGDUC est l’un des trois repreneurs potentiels – avec les groupes Vivalto et Doctegestio – dont la candidature a été retenue en février par Adrea Mutuelle, l’actionnaire majoritaire du GHM.

Le projet de cette association spécialisée dans la dialyse créée en 1974 et implantée dans cinq départements d’Auvergne-Rhône-Alpes est depuis activement soutenu par les collectivités locales et un collectif de salariés et d’usagers.

Depuis l’officialisation de la vente du GHM en septembre 2019 par Adrea Mutuelle, qui avance un « déficit structurel », ce dernier craint que le second acteur sanitaire du bassin grenoblois soit cédé au privé.

Le Groupe hospitalier mutualiste de Grenoble regroupe deux cliniques et un institut de cancérologie. Il emploie un millier de salariés, dont 200 médecins, et dispose de 400 lits. Le choix du repreneur doit être annoncé « dans les prochaines semaines ».

bp/cha/cb