Vivarte va fermer une quarantaine de magasins a priori sans licenciements

  PARIS, 1 décembre 2015 (AFP) – Après un important plan social notamment dans son enseigne La Halle, le groupe Vivarte s’apprête à fermer près d’une quarantaine de magasins La Halle aux chaussures, Kookaï et André, a priori en majorité sans licenciements, a-t-on appris mardi de sources syndicales.

A la Halle aux chaussures, 16 des quelque 650 magasins devraient être fermés d’ici au 31 mars, selon les syndicats CGT, FO et CFDT.

Les salariés se verront proposer une mutation dans un autre point de vente de l’enseigne, ont précisé Gérald Gautier, représentant FO au comité de groupe, et Anne-Marie Paepegaey, secrétaire CGT du comité d’entreprise.

« A ce jour, toutes les mutations (déjà proposées, ndlr) ont été acceptées », a précisé la représentante CGT. Mais, en cas de refus et donc de licenciement, « nous demandons à ce que les salariés bénéficient des mêmes conditions » que celles fixées dans le cadre du PSE à La Halle, a-t-elle ajouté.

« Ils ferment des petits magasins où aucun investissement n’a été fait depuis 10 ans », a dénoncé M. Gautier.

Chez Kookaï, 16 à 17 magasins sont en cours de fermeture, dont 12 doivent être repris par Minelli et Caroll, deux enseignes faisant aussi partie du groupe Vivarte, selon FO et la CFDT.

Un accord signé par la seule CFDT prévoit que les salariés licenciés, hors PSE, à la suite des fermetures bénéficient de mesures équivalentes à celles prévues pour le PSE annoncé en avril (32 postes supprimés au siège).

Enfin, chez André, où 105 postes ont été supprimés à l’occasion d’un PSE au printemps avec 34 magasins fermés, sept points de vente supplémentaires devraient fermer, pour passer sous enseigne Minelli ou San Marina.

Selon un porte-parole du groupe, ces mouvements sont liés à la « gestion d’un parc de magasins » en vue de l' »optimiser en permanence ». Vivarte souhaite des « formats (de magasins) homogènes marque par marque », a-t-il indiqué à l’AFP.

La reprise de magasins Kookaï par Caroll et Minelli tient au fait que ce sont deux marques de centre-ville « sur lesquelles le groupe a des ambitions fortes », a ajouté le porte-parole.

Jean-Louis Alfred (CFDT) a dénoncé cette réorganisation, qui intervient dans la foulée du PSE de la Halle (1.476 postes supprimés et 190 points de vente fermés), que la CFDT n’avait pas signé.

sp/bow/gib