Yves Barou devrait rester président de l’Afpa, devenu établissement public

PARIS, 6 mars 2017 (AFP) – Yves Barou, président de l’Afpa depuis 2012, devrait être reconduit à la tête du premier organisme de formation professionnelle, a annoncé lundi l’entité, devenue établissement public en début d’année.

Réuni pour la première fois depuis la transformation de l’association en établissement public à caractère industriel et commercial (Epic), le Conseil d’administration de l’Afpa a entériné vendredi « la désignation d’Yves Barou, pour être proposé en vue d’assurer la présidence » de l’instance exécutive, « sous réserve du décret pris par les ministres de tutelle », selon un communiqué.

M. Barou avait remplacé en juin 2012 Jean-Luc Vergne à la présidence, alors que l’organisme était au bord de la cessation de paiement, ébranlé par le transfert de la commande publique aux Régions en 2004 et l’ouverture du marché à la concurrence en 2009.

Avant d’arriver à l’Afpa, Yves Barou fut pendant dix ans (jusqu’en 2010) directeur général adjoint du groupe Thales responsable des ressources humaines. Polytechnicien, il a également été, de 1998 à 2000, directeur de cabinet adjoint de Martine Aubry, alors ministre de l’Emploi et de la Solidarité.

Le Conseil d’administration a aussi approuvé la « dénomination nouvelle de l’Afpa en Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes », au lieu « d’Association nationale ».

L’Afpa, créée en 1949, est devenue au 1er janvier 2017 un Epic, une transformation visant à assurer sa pérennité. L’organisme assure avoir formé « plus de 150.000 personnes en 2016, dont 100.000 demandeurs d’emploi et 50.000 salariés ».