Zone euro: le chômage stable en mars à 9,5 %

PARIS, 2 mai 2017 – Le taux de chômage dans la zone euro est resté stable en mars à 9,5%, à son plus faible taux enregistré depuis avril 2009, a annoncé mardi l’Office européen des statistiques Eurostat.

Après avoir avoir atteint un pic à 12,1% en mars/avril 2013 dans le sillage de la crise, le taux de chômage dans la zone euro est depuis dans une phase descendante. Le taux de mars, identique à celui de février, est moins bon que celui escompté par les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur une légère diminution à 9,4 %.

« Même si l’amélioration sur marché de l’emploi sembre s’être ralenti, le chômage continue de baisser profitant d’une solide croissance économique et de la confiance affichée par les entrepreneurs », a commenté Howard Archer, analyste chez IHS Markit. Malgré le taux stable, le nombre de chômeurs dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique a en effet baissé en mars de 5.000 à 15,515 millions de personnes, soit « la plus petite diminution depuis avril 2016 », souligne M. Archer.

Selon l’indice PMI publié mardi par le cabinet Markit, la croissance du secteur manufacturier a continué d’accélérer en avril, au plus haut depuis six ans. Le PMI manufacturier s’établit à 56,7 contre 56,2 en mars, selon un communiqué de Markit. Parmi les 19 États membres de la zone euro, il existe de fortes disparités en matière d’emploi: ainsi, les taux de chômage les plus faibles en mars ont été enregistrés en Allemagne, première économie de la zone (3,9%), ainsi qu’à Malte (4,1%). La France faisait un peu moins bien que la moyenne avec un taux de chômage stable à 10,1% en mars.

Les taux de chômage les plus élevés ont quant à eux été relevés en Grèce (23,5% en janvier 2017, derniers chiffres disponibles) et en Espagne (18,2%). Le taux de chômage des jeunes dans la zone euro a légèrement régressé en mars, s’établissant à 19,4 % dans la zone euro, contre 19,5% en février. Là encore, de fortes disparités subsistent: l’Allemagne, dont le système d’apprentissage est régulièrement vanté, affichait le taux le plus faible (6,7 %).

En revanche, les pays du sud de la zone euro, comme la Grèce (48% en janvier), l’Espagne, (40,5%) et l’Italie (34,1%) avaient les taux les plus élevés. Dans l’Union européenne, le taux de chômage s’est établi à 8,0 % en mars, en baisse par rapport au taux de 8,1% de février.

clp/az