Agirc-Arrco : le Medef veut une négociation éclair, la CGT préfère temporiser

Le Medef propose d’ouvrir des négociations sur la retraite complémentaire le 21 juin, avec l’objectif de conclure dans un délai de trois semaines. Pour la CGT, c’est précipité : « ce sujet ne peut être bâclé en pleine période estivale ». L’organisation patronale invoque l’urgence de se prendre des décisions financières. Le syndicat juge pour sa part « qu’il n’existe aucune urgence », puisque l’organisme Agirc-Arrco faisait état en mars dernier de « réserves solides, équivalant à neuf mois d’allocations sans aucune nouvelle entrée de ressources » et « d’une absence totale d’endettement ».

 

La question de l’agenda cache mal la peur d’un nouveau tour de vis sur les pensions. « Les précédentes réformes des régimes complémentaires ont déjà entraîné un effondrement du niveau des pensions de près d’un tiers pour les salariés les plus affectés », estime la CGT, prêtant au Medef l’intention d’faire « étendre à l’ensemble du salariat les méfaits du système par points Agirc-Arrco » . Les autres organisations ne semblent pas partager cette analyse.