Apprentissage : vive réaction du SNUEP FSU aux préconisations du Conseil d’analyse économique

Le syndicat national unitaire de l’enseignement professionnel (SNUEP), structure de la FSU, met en garde contre « le leurre de l’apprentissage ». Elle juge carrément « irresponsables » les préconisations du Conseil d’analyse économique (CAE) formulées dans une note publiée le 7 janvier dernier, sous la signature de Pierre Cahuc et de Pierre Ferracci, avec des contributions du prix Nobel d’économie Jean Tirole et de Jean Wasmer (Science Po).

 

« Dans les pays où l’apprentissage est très développé (Allemagne, Autriche, Suisse, Australie), les entreprises et les partenaires sociaux sont au centre du système. En France, le rôle central de l’Éducation nationale ne permet pas de faire évoluer suffisamment vite la carte des formations en fonction des emplois, ni d’assurer un contrôle qualité efficace », critiquent les auteurs. Ils déplorent  par ailleurs, le poids important des enseignements académiques comme le français et les mathématiques dans les formations en apprentissage. Ce serait selon eux, « une source de découragement des apprentis ».

 

 Le SNUEP-FSU trouve que cette note  ainsi que les recommandations qui l’accompagnent reposent sur « de nombreux a priori et minimise l’importance de la formation générale et citoyenne des jeunes dont l’enjeu aujourd’hui est indiscutable ».  Pour le mouvement d’enseignants, les conclusions présentées s’avèrent partiales. Pire, elles sont  inefficaces, voire «  dangereuses tant pour la formation et l’insertion professionnelle des jeunes que pour le développement de l’emploi ». En particulier, le syndicat conteste vigoureusement la recommandation visant à diminuer la part de l’enseignement général dans les diplômes de CAP.

 

« Brandir le leurre de l’apprentissage constitue ces dernières années la meilleure arme de ses promoteurs pour démanteler l’enseignement professionnel public », charge l’organisation. Avant de s’en prendre à une recommandation portant sur la taxe d’apprentissage. Le CAE préconise d’augmenter le financement prélevé sur cette cagnotte et devant irriguer les formations en alternance.