Après la liquidation de la fonderie MBF Aluminium, le gouvernement présente des palliatifs  

Le tribunal de commerce de Dijon a décidé, mardi 22 juin, la liquidation judiciaire de la fonderie MBF Aluminium de Saint-Claude (Jura). En dépit d’un soutien de l’État à la trésorerie de l’entreprise . La ministre Élisabeth Borne, et son homologue déléguée à l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher (photo), se disent « mobilisées aux côtés des salariés concernés et du territoire pour leur permettre de rebondir ».

 

L’État a activé le dispositif «-choc industriel » du programme Territoires d’Industries au profit du bassin d’emploi. Une équipe de consultants est chargée d’élaborer « une stratégie industrielle territoriale à moyen terme » porteuse projets dont la réalisation sera accélérée. Ils feront l’objet d’un traitement prioritaire dans le cadre de France Relance., assure le tandem ministériel.

 

Dans le même temps, le fonds d’accompagnement et de reconversion des salariés de la filière automobile annoncé à l’occasion du comité stratégique de filière du 26 avril dernier sera mobilisé pour venir en aide aux salariés.

 

Doté de 50 M€, dont 20 M€ avancés par Renault et Stellantis, le solde provenant de l’État –, ce fonds permettra d’accompagner les salariés de MBF, ainsi que les salariés des entreprises de la filière automobile sous-traitantes faisant l’objet d’une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire en France, ou les salariés des entreprises de moins de 1 000 salariés en procédure de sauvegarde.

 

Les salariés pourront disposer d’une cellule d’appui à la sécurisation professionnelle, de formations qualifiantes ou de reconversions renforcées, d’aides à la création d’entreprise ou à la mobilité, d’une prime au reclassement, etc.