Arrêts maladie : les propositions audacieuses de la CPME

Le Premier ministre, Édouard Philippe, est catégorique : le gouvernement va « transformer le système de prise en charge des arrêts de travail pour garantir sa soutenabilité », compte tenu de l’envolée des arrêts maladies. La CPME a des idées pour y parvenir, sans faire payer les entreprises. Elle le fait savoir. La confédération des petits patrons propose d’aligner dans la prise en charge des arrêts dans le secteur public sur celle du privé. Le même nombre de jours de carence s’appliquant à tout salarié. Ce serait, explique l’organisation patronale, une mesure d’ordre public à laquelle ne pourrait déroger. Dans le même temps, les jours de carence seraient supprimés pour les arrêts médicaux nécessités par une intervention chirurgicale.

 

En outre, le mouvement présidé par François Asselin propose de limiter à trois le nombre de renouvellements de l’arrêt maladie par un même praticien. Au-delà, la prorogation nécessiterait l’avis d’un médecin-conseil de la Sécurité sociale.

 

Pour couronner le tout, la CPME « souhaite » que l’on donne l’employeur le droit de réclamer un contrôle spécifique de la Sécu. À condition que la demande de vérification soit motivée.