Assurance chômage : les cadres trinquent dès maintenant

Outre le bonus-malus, deux autres mesures de la réforme de l’assurance chômage s’appliquent à partir du 1er juillet. Il s’agit des conditions d’éligibilité à l’assurance chômage et de la dégressivité de l’allocation pour les hauts revenus. 

 

Concernant l’éligibilité, la durée d’affiliation nécessaire pour ouvrir ou recharger un droit était fixée à 4 mois. Elle passe à six mois quand les deux conditions seront remplies :  le nombre total de déclarations préalables à l’embauche pour des contrats de plus d’un mois aura dépassé un seuil (fixé à 2 700 000) sur une période de 4 mois consécutifs ;  le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A aura baissé d’au moins 130 000 au cours des 6 derniers mois.

 

 

Pour la dégressivité des allocations chômage applicable aux salariés de moins de 57 ans ayant un revenu antérieur supérieur à 4 500 € bruts par mois, une double mécanique se met en place également. À partir du le 1er juillet, une modulation à la baisse de l’allocation (- 30 %) au bout du 8e mois d’indemnisation se met en place. Quand le retour à meilleure fortune sera constaté, et ce dans les mêmes conditions que celles définies pour l’éligibilité, la dégressivité s’appliquera plus tôt, au bout du 6e mois d’indemnisation.

 

 Compte tenu de la décision du Conseil d’État du 22 juin dernier, les règles actuelles relatives au calcul de l’allocation chômage, prévues par la convention d’assurance chômage de 2017, sont prolongées jusqu’au 30 septembre. Parce qu’il reste indispensable de faire évoluer ce calcul pour lutter contre l’explosion des contrats courts, le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion proposera un nouveau décret au Conseil d’État d’ici là pour permettre une application rapide des nouvelles règles de calcul de l’allocation chômage, telles que prévues par le décret du 30 mars 2021.