Avis de tempête dans les Chambres des métiers et de l’artisanat

Les chambres de métiers et de l’artisanat pourraient supprimer jusqu’à 6000 emplois sur un total de 11 000, alerte la CFDT, premier syndicat du réseau.

La perte de missions de service public qu’induit la réforme de l’apprentissage provoquera à terme, le départ de plus de six mille agents sur un total de 11 000 dans les Chambres des métiers et de l’artisanat (CMA), alerte la CFDT. Notamment, ces organismes consulaires n’auront plus à intervenir dans l’enregistrement des contrats d’apprentissage. La disparition des centres de formalités des entreprises est programmée, avec la dématérialisation totale à l’horizon 2022 et la mise en place du registre unique des métiers. En outre, l’incertitude plane sur les stages de préparation à l’installation (SPI) jusqu’ici obligatoires .

 

Par ailleurs, les centres de formation d’apprentis (CFA) pouvant être des personnalités morales, le syndicat entrevoit la création d’une constellation d’associations régies par la loi de 1901 pour les gérer. Bon nombre d’agents des CMA pourraient y être transférés dans des conditions moins sécurisées.

 

L’appel à la grève invoque aussi « le gel de la valeur du point depuis 2010, la dégradation constante des conditions de travail et la baisse du pouvoir d’achat des agents des CMA qui n’ont même pas bénéficié des mécanismes de rattrapage du pouvoir d’achat ni des revalorisations octroyés aux fonctionnaires ces dernières années ».