Baromètre Prism’emploi : Nouvelle dégradation de l’emploi intérimaire, mais moins prononcée

Après la baisse observée en décembre 2018 (-5,9 %) et confirmée en janvier 2019 (-6,6 %), le mois de février 2019 se caractérise par une moindre dégradation de la tendance avec -2,7 %. Certains secteurs demeurent orientés à la baisse, mais leurs tendances se redressent respectivement de 1 point et de 1,9 point : industrie (-6,8 %) et transports (-11,6 %). En outre, le commerce, les services et le BTP renouent avec la croissance et enregistrent des hausses respectives de 4,6 %, 6,1 % et 9,0 %.

 

Dans ce contexte, les cadres et professions intermédiaires avec 6,3 % connaissent une évolution nettement plus favorable que la moyenne. Les effectifs employés (-3,0 %), ouvriers qualifiés (-3,8 %) et ouvriers non qualifiés (-4,9 %), bien que nettement mieux orientés qu’au début de l’année, restent en dessous des tendances moyennes.

 

La baisse des effectifs intérimaires enregistrée depuis le 4e trimestre  2018 doit être relativisée. En croissance depuis janvier 2015, l’intérim se situe à un niveau historiquement élevé. § Avec près de 56 100 contrats signés à fin février depuis son lancement, le CDI intérimaire (CDII) continue de se développer de façon complémentaire aux contrats d’intérim classiques. Depuis un an, ce sont près de 25 000 CDII supplémentaires qui ont été conclus par les agences d’emploi. Ainsi, en tenant compte de ces contrats, l’évolution de l’emploi intérimaire dans son ensemble serait même légèrement positive avec +0,2 % en février 2019.