Bien-être au travail : employeurs, encore un effort

Attachés au bien-être au travail, à l’égalité professionnelle et à l’équilibre des temps de vie, les salariés trouvent que leur entreprise ne consacre pas suffisamment de moyens à ces thématiques. En outre, leur soif de reconnaissance n’est pas assouvie. Résultat d’un sondage réalisé par OpinionWay, à la demande du groupe de services en technologies de l’information Hub One et publié le 2 octobre.

 

Interrogés sur les efforts consentis par les entreprises pour favoriser leur bien-être, 59 % des salariés français déplorent le manque de moyens consacrés à l’écoute des collaborateurs. Ceux du secteur public expriment plus nettement leur insatisfaction (66 %). Ils aspirent aussi à des moments informels de cohésion d’équipe (65 %) et plus généralement à l’amélioration de leur environnement de travail (61 %). Plus de huit personnes sur quatre souhaitent faire entendre leur voix et se disent favorables au référendum en entreprise institué par les ordonnances visant à réformer le Code du travail.

 

La soif de reconnaissance transparaît dans ce sondage : 37 % des prospects considèrent qu’il est « important » de valoriser les salariés et leurs projets. Outre l’aspect financier, plus d’un tiers des salariés veulent faire preuve d’esprit d’initiative. Ils plébiscitent l’intrapreunariat. Pour preuve, 36 % considèrent que travailler sur une application, un service, un produit ou une innovation pour le compte de leur employeur est un levier de motivation efficace.

 

L’équilibre entre vie privée et professionnelle et l’égalité homme femme sont aussi des valeurs auxquelles les travailleurs tiennent. Ils sont 91 % à considérer comme « fondamental » que leur entreprise respecte cette concordance, en particulier via le droit à la déconnexion. L’engagement des entreprises envers l’égalité des genres est important pour 87 % des sondés, les femmes étant plus sensibles à ce sujet que les hommes (89 % contre 85 %).

 

L’étude a été menée les 23 et 24 août 2017 par OpinionWay auprès d’un échantillon de 1018 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.