Bien qu’en manque d’attractivité, la filière alimentaire recrute à tour de bras

Malgré un marché de l’emploi en tension et un taux de chômage qui atteint plus de 25 % chez les jeunes, le secteur alimentaire a recruté 90 338 personnes en 2016, selon l’estimation de l’organisme collecteur de fonds de formation professionnelle de la branche, Opcalim. Environ 59 % de ces embauches ont été réalisées dans le domaine de la production, suivi par celui de l’achat-commercialisation-vente-marketing (23 %). Et la tendance devrait se poursuivre. Les entreprises de l’alimentaire qui comptent déjà 720 000 emplois devraient proposer plus de 90 000 postes chaque année.

 

Elles restent confrontées au problème de l’attractivité. « L’enjeu est de mieux faire connaître les offres d’emploi, les métiers et les formations », notamment via l’apprentissage . C’est la mission attribuée à Alimétiers, un programme porté par Opcalim.  Il a pour vocation d’aller à la rencontre des jeunes et de leur présenter les opportunités d’emploi et de formation. L’an dernier, 19 200 contrats d’alternance ont été signés.