Bilan positif pour Mon compte formation

 Un an après son lancement par le ministère du Travail, près de 1 million de formations ont été validées via le site Mon Compte Formation pour un coût pédagogique de 1 milliard d’euros, indique la Caisse des Dépôts qui a développé et gère le dispositif. Simple d’utilisation,  l’outil répertorie en un point unique les formations certifiantes ainsi que leurs tarifs.

Ce n’est pas sans impact sur le marché de la formation professionnelle. Le profil des actifs désireux de se former évolue dans le sens d’une « démocratisation ». Environ des aspirants 66 % sont ouvriers, employés ou techniciens et 38 % ont un niveau BEP/CEP ou en dessous. Auparavant, les cadres étaient plus nombreux à suivre une formation professionnelle. Autre constat : les formations sont sollicitées à parts égales par les hommes et les femmes. 61 % ont entre 30 et 49 ans et 19 % ont plus de 50 ans.

 

Par ailleurs, les prix des formations diminuent. Ainsi la préparation au TOEIC, test de qui mesure les compétences de compréhension écrite et orale en anglais, coûte en moyenne 1 287 € au lieu de 2 182 € avant le lancement de Mon Compte Formation. Le coût du permis B tombe à 947 € coûte en moyenne, contre 1346 € jusque-là.

 

Les formations plébiscitées changent et tendent à se rapprocher des compétences recherchées sur le marché du travail. Que ce soit pour faire évoluer sa carrière, trouver un emploi quand on en cherche un, ou encore pour se reconvertir, les utilisateurs souhaitent utiliser le levier d’embauche que constitue la formation professionnelle. Ainsi, les formations en transport, manutention et magasinage représentent aujourd’hui 30 % de la demande, deux fois plus qu’antérieurement. Souvent très techniques, ces formations sont particulièrement demandées sur le marché du travail.

 

Dans un autre registre, Mon Compte Formation offre aux actifs un parcours d’achat de formation direct, sans intermédiaire. En tant que nouvel opérateur central du dispositif, la Caisse des Dépôts assure la gestion de ce nouveau dispositif, dont elle a conçu l’application mobile et le nouveau site internet : centralisation et gestion des fonds, gestion des comptes utilisateurs, relations avec les organismes de formation et les financeurs (État, Pôle emploi, Régions, entreprises…), intégration des organismes et des formations certifiés dans le catalogue, paiement des sessions de formation suivies pour le compte des utilisateurs, assistance aux usagers et professionnels.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Bilan positif pour Mon compte formation

 

Un an après son lancement par le ministère du Travail, près de 1 million de formations ont été validées via l’appli Mon Compte Formation pour un coût pédagogique de 1 milliard d’euros, indique la Caisse des Dépôts qui a développé et gère le dispositif. Simple d’utilisation, il répertorie en un point unique les formations certifiantes ainsi que leurs tarifs.

 

Ce n’est pas sans impact sur le marché de la formation professionnelle. Le profil des actifs désireux de se former évolue dans le sens d’une « démocratisation ». Environ des aspirants 66 % sont ouvriers, employés ou techniciens et 38 % ont un niveau BEP/CEP ou en dessous. Auparavant, les cadres étaient plus nombreux à suivre une formation professionnelle. Autre constat : les formations sont sollicitées à parts égales par les hommes et les femmes. 61 % ont entre 30 et 49 ans et 19 % ont plus de 50 ans.

 

Par ailleurs, les prix des formations diminuent. Ainsi la préparation au TOEIC, test de qui mesure les compétences de compréhension écrite et orale en anglais, coûte en moyenne 1 287 € au lieu de 2 182 € avant le lancement de Mon Compte Formation. Le coût du permis B tombe à 947 € coûte en moyenne, contre 1346 € jusque-là.

 

 

Les formations plébiscitées changent et tendent à se rapprocher des compétences recherchées sur le marché du travail. Que ce soit pour faire évoluer sa carrière, trouver un emploi quand on en cherche un, ou encore pour se reconvertir, les utilisateurs souhaitent utiliser le levier d’embauche que constitue la formation professionnelle. Ainsi, les formations en transport, manutention et magasinage représentent aujourd’hui 30 % de la demande, deux fois plus qu’antérieurement. Souvent très techniques, ces formations sont particulièrement demandées sur le marché du travail.

 

Dans un autre registre, Mon Compte Formation offre aux actifs un parcours d’achat de formation direct, sans intermédiaire. En tant que nouvel opérateur central du dispositif, la Caisse des Dépôts assure la gestion de ce nouveau dispositif, dont elle a conçu l’application mobile et le nouveau site internet : centralisation et gestion des fonds, gestion des comptes utilisateurs, relations avec les organismes de formation et les financeurs (État, Pôle emploi, Régions, entreprises…), intégration des organismes et des formations certifiés dans le catalogue, paiement des sessions de formation suivies pour le compte des utilisateurs, assistance aux usagers et professionnels.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Bilan positif pour Mon compte formation

 

Un an après son lancement par le ministère du Travail, près de 1 million de formations ont été validées via l’appli Mon Compte Formation pour un coût pédagogique de 1 milliard d’euros, indique la Caisse des Dépôts qui a développé et gère le dispositif. Simple d’utilisation, il répertorie en un point unique les formations certifiantes ainsi que leurs tarifs.

 

Ce n’est pas sans impact sur le marché de la formation professionnelle. Le profil des actifs désireux de se former évolue dans le sens d’une « démocratisation ». Environ des aspirants 66 % sont ouvriers, employés ou techniciens et 38 % ont un niveau BEP/CEP ou en dessous. Auparavant, les cadres étaient plus nombreux à suivre une formation professionnelle. Autre constat : les formations sont sollicitées à parts égales par les hommes et les femmes. 61 % ont entre 30 et 49 ans et 19 % ont plus de 50 ans.

 

Par ailleurs, les prix des formations diminuent. Ainsi la préparation au TOEIC, test de qui mesure les compétences de compréhension écrite et orale en anglais, coûte en moyenne 1 287 € au lieu de 2 182 € avant le lancement de Mon Compte Formation. Le coût du permis B tombe à 947 € coûte en moyenne, contre 1346 € jusque-là.

 

 

Les formations plébiscitées changent et tendent à se rapprocher des compétences recherchées sur le marché du travail. Que ce soit pour faire évoluer sa carrière, trouver un emploi quand on en cherche un, ou encore pour se reconvertir, les utilisateurs souhaitent utiliser le levier d’embauche que constitue la formation professionnelle. Ainsi, les formations en transport, manutention et magasinage représentent aujourd’hui 30 % de la demande, deux fois plus qu’antérieurement. Souvent très techniques, ces formations sont particulièrement demandées sur le marché du travail.

 

Dans un autre registre, Mon Compte Formation offre aux actifs un parcours d’achat de formation direct, sans intermédiaire. En tant que nouvel opérateur central du dispositif, la Caisse des Dépôts assure la gestion de ce nouveau dispositif, dont elle a conçu l’application mobile et le nouveau site internet : centralisation et gestion des fonds, gestion des comptes utilisateurs, relations avec les organismes de formation et les financeurs (État, Pôle emploi, Régions, entreprises…), intégration des organismes et des formations certifiés dans le catalogue, paiement des sessions de formation suivies pour le compte des utilisateurs, assistance aux usagers et professionnels.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Bilan positif pour Mon compte formation

 

Un an après son lancement par le ministère du Travail, près de 1 million de formations ont été validées via l’appli Mon Compte Formation pour un coût pédagogique de 1 milliard d’euros, indique la Caisse des Dépôts qui a développé et gère le dispositif. Simple d’utilisation, il répertorie en un point unique les formations certifiantes ainsi que leurs tarifs.

 

Ce n’est pas sans impact sur le marché de la formation professionnelle. Le profil des actifs désireux de se former évolue dans le sens d’une « démocratisation ». Environ des aspirants 66 % sont ouvriers, employés ou techniciens et 38 % ont un niveau BEP/CEP ou en dessous. Auparavant, les cadres étaient plus nombreux à suivre une formation professionnelle. Autre constat : les formations sont sollicitées à parts égales par les hommes et les femmes. 61 % ont entre 30 et 49 ans et 19 % ont plus de 50 ans.

 

Par ailleurs, les prix des formations diminuent. Ainsi la préparation au TOEIC, test de qui mesure les compétences de compréhension écrite et orale en anglais, coûte en moyenne 1 287 € au lieu de 2 182 € avant le lancement de Mon Compte Formation. Le coût du permis B tombe à 947 € coûte en moyenne, contre 1346 € jusque-là.

 

 

Les formations plébiscitées changent et tendent à se rapprocher des compétences recherchées sur le marché du travail. Que ce soit pour faire évoluer sa carrière, trouver un emploi quand on en cherche un, ou encore pour se reconvertir, les utilisateurs souhaitent utiliser le levier d’embauche que constitue la formation professionnelle. Ainsi, les formations en transport, manutention et magasinage représentent aujourd’hui 30 % de la demande, deux fois plus qu’antérieurement. Souvent très techniques, ces formations sont particulièrement demandées sur le marché du travail.

 

Dans un autre registre, Mon Compte Formation offre aux actifs un parcours d’achat de formation direct, sans intermédiaire. En tant que nouvel opérateur central du dispositif, la Caisse des Dépôts assure la gestion de ce nouveau dispositif, dont elle a conçu l’application mobile et le nouveau site internet : centralisation et gestion des fonds, gestion des comptes utilisateurs, relations avec les organismes de formation et les financeurs (État, Pôle emploi, Régions, entreprises…), intégration des organismes et des formations certifiés dans le catalogue, paiement des sessions de formation suivies pour le compte des utilisateurs, assistance aux usagers et professionnels.