Epaulé par l’ Afpa, Decathlon crée le premier CFA dédié à la réparation de vélos

Sans titre 5

 Decathlon ouvre un centre de formation d’apprentis (CFA) propose la première formation aux métiers de la réparation et de la vente de matériel sportif. Il prépare au titre professionnel employé technicien vendeur en matériel de sport. Cela répond aux  secteur en tension liés au développement de la mobilité urbaine. L’Afpa accompagne l’opération. Elle ouvre 20 promotions dans 15 de ses centres de formation afin de répondre au besoin local. Huit centres Afpa ont essuyé les plâtres avec le lancement de la première session le 12 septembre dernier à Bordeaux. Suivent Lyon, Nantes, Avignon, Strasbourg, Toulouse et Morlaix. Au total, 150 alternants vont intégrer cette formation d’ici le mois d’octobre, dont plusieurs d’entre eux en situation de handicap, avec une perspective d’embauche à l’issue de leur formation de 80%.

 

 

En intégrant le CFA Decathlon, les alternants bénéficient d’une formation qualifiante combinée à une expérience professionnelle au sein des magasins, grâce à un contrat de 12 mois. Cette formation est dispensée à 80% dans les centres Afpa et à 20% au sein du réseau de vente. Elle est encadrée par des référents experts. Elle débouche sur t un diplôme d’État valorisé et reconnu.

 

« Grâce à cette première formation sur la réparation de matériel sportif, nous souhaitons transmettre notre expertise et notre savoir-faire à des jeunes pour accompagner leur insertion professionnelle dans la vie active. Ce centre de formation en partenariat avec l’Afpa, l’organisme de référence en matière de formation diplômante pour les adultes, matérialise notre politique inclusive auprès des jeunes avec cette ambition de former 150 apprentis en 2022.”, explique Hélène Lacroix, directrice du CFA Decathlon (photo). Son partenaire, Guillaume Letzgus, directeur du développement Solutions entreprises à l’Afpa insiste : «Cette initiative a pour finalité d’assurer aux clients un service d’entretien et de réparation cycles au meilleur rapport qualité-prix du marché local »