Bulletin de paie clarifié: les premières expérimentations sont concluantes

Obligatoire en janvier 2017 pour les entreprises de plus de 300 salariés et en janvier 2018 pour les autres, le bulletin de paie clarifié est l’une des pièces maitresses du choc de simplification. Une dizaine d’entreprises l’expérimentent.

Le bulletin de paie clarifié est issu d’une réflexion confiée et pilotée par Jean-Claude Sciberras, Directeur des Ressources Humaines de Solvay. Cette mission de simplification du bulletin de paie, vite transformée en clarification, a été réalisée avec la participation des  parties prenantes dont les sociétés prestataires.  

 

Une dizaine d’entreprises pilotes sont en train d’expérimenter le dispositif. Elles ont pour rôle de remonter des informations et retours d’expérience pouvant améliorer le dispositif. Les salariés des entreprises concernées ont été également consultés par le Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP) via un questionnaire ad hoc.

Parmi les testeurs figure Safran Transmission Systems, épaulé par ADP, leader du secteur. L’équipe pluridisciplinaire missionnée  (veille juridique, R&D, service client, marketing ) a eu pour objectif de réussir le changement, tout en maintenant le même niveau de contrôle : pas de cotisation orpheline, fiabilité de toutes les informations et exhaustivité des données sociales. Le tout sans charge de travail supplémentaire pour le staff  RH de Safran. Résultat, selon Emmanuel Prévost, directeur du pôle veille juridique d’ADP : un nouveau bulletin  «  centré vers le collaborateur, qui ne bouleversant pas les processus de paie, ni les services de ressources humaines ». C’est censé rassurer les professionnels qui devront passer le pas dans moins de deux mois.