C’est confirmé, la maternité pénalise l’évolution de la carrière des femmes (étude TSM)

Enseignantes-chercheuses à Toulouse School of Management (TSM), Marion Fortin et Camille Desjardins viennent de réaliser une étude qualitative sur l’impact du congé maternité sur l’évolution de la carrière des femmes. Elles ont interrogé 35 femmes ayant des postes variés dans des organisations de toutes tailles, publiques et privées. Trois entretiens ont été menés  avec chacune d’entre elles au début de leur grossesse, pendant leur congé de maternité, et après la reprise d’activité. Le résultat est sans appel : les expériences d’injustice et discriminantes de ces femmes au travail ont un impact direct sur leurs ambitions et choix professionnels.

 

1-Coup de frein sur les carrières

L’étude indique que les femmes qui viennent d’avoir des enfants reçoivent peu de propositions d’évolution vers des postes à plus grandes responsabilités et sont découragées dans leurs souhaits d’évolution professionnelle par leurs managers.

 

Parmi les comportements des managers qui ont découragé ces femmes  figurent le le manque d’anticipation du remplacement d’une femme qui va partir en congé maternité ; les commentaires discriminants sur la capacité des jeunes mères à faire leur travail ; le refus de bonus financiers ou de promotions que les participantes s’attendaient à décrocher ; l’attribution de leurs tâches les plus gratifiantes à d’autres en leur absence.

 

2- Réticence des managers face au télétravail :

Dans un autre registre, les femmes interrogées dans le cadre de l’enquête ont souvent affirmé que leurs managers ont été réticents à leur permettre de télétravailler. Même s’il est prouvé que travail à distance en, voie de généralisation augmente la productivité.

 

Ces femmes ont été incitées à venir au bureau, malgré la situation sanitaire, si elles voulaient obtenir ensuite une évolution de carrière. Pour celles auxquelles le télétravail a été autorisé, les managers leur ont souvent demandé des contreparties, telles des tâches supplémentaires.

 

Pour Marion Fortin et Camille Desjardins : « Un droit au télétravail dédié pourrait permettre aux femmes enceintes de dépasser les réticences des managers. Plus largement, nous pensons qu’il est important de reconsidérer les normes de travail pour s’éloigner du présentéisme qui valorise seulement le temps passé sur le lieu de travail, pour se concentrer plutôt sur les tâches accomplies. Une telle réforme contribuerait à une plus grande égalité entre les femmes et les hommes au travail. »