Chefs d’entreprise : ils sont stressés, mais restent en forme

L’assureur MMA publie sa première étude sur la santé des dirigeants d’entreprise, avec le concours d’Opinion Way. Elle montre qu’ils sont majoritairement en forme et confiants dans leur avenir, même s’ils vivent au quotidien un stress intense.

 

Le meilleur ami du chef d’entreprise, c’est lui-même. Conscient de l’impact négatif d’une absence ou d’une maladie sur son business, il fait des efforts en matière d’hygiène de vie pour éviter l’arrêt de travail. Il prête attention à son alimentation, a une activité physique. Résultat, il est en bonne santé dans 78 % des cas. Seuls 8 % des dirigeants ont été arrêtés par leur médecin en 2014 (13 % des petits artisans). Toutefois, trois sur 10 concèdent avoir renoncé à s’arrêter lors des 12 derniers mois pour ne pas impacter leur activité. Les petits artisans sont les plus concernés par cette prise de risque : 37 % ont ainsi refusé de s’absenter alors que leur santé l’imposait.

 

Le stress fait rage dans cette catégorie. 55 % des intéressés connaissent des journées éprouvantes, à tel point que  75 % ressentent des douleurs physiques. Plus généralement, un dirigeant sur deux admet avoir traversé des épisodes de baisses de moral, d’anxiété ou des sautes d’humeur au cours des 12 derniers mois et les trois quarts indiquent ressentir des douleurs physiques. Les syndromes les plus répandus concernent le dos (58 %) et les articulations (46 %).

 

Outre le stress, les chefs d’entreprise déclarent manquer de temps de repos. Près de 4 sur 10 s’infligent plus de 50 heures de travail par semaine. Un rythme qui joue sur leur état de santé : 49 % des personnes interrogées qui s’estiment en moins bonne santé travaillent justement plus de 50 heures par semaine, en rognant non seulement sur leur repos, mais aussi sur le temps passé avec leurs proches. Globalement, la moitié des chefs d’entreprise  éprouve des difficultés à concilier vie privée et vie professionnelle. Le jeu en vaut la chandelle, semble-t-il. Ces stakhanovistes ont un niveau de confiance élevé, en ce qui concerne  leur avenir personnel (90 % et 89 %) à l’horizon de trois ans. Ils se montrent moins optimistes, s’agissant leur entreprise.

 

Cette enquête a été réalisée par l’institut OpinionWay pour MMA auprès d’un échantillon de 1 352 dirigeants d’entreprises, représentatif des entreprises françaises de moins de 50 salariés. L’échantillon a été interrogé par téléphone, du 15 avril au 22 mai.