Chez André, c’est la crise dans la crise

Au beau milieu de la crise sanitaire, les quelque 600 salariés de l’enseigne de chaussures André tremblent pour leur emploi.  La société en difficulté depuis plusieurs années, anciennement propriété de Vivarte, rachetée dernièrement par le distributeur en ligne spécialisé Spartoo, vient de déposer son bilan au tribunal de commerce de Grenoble (38).   

 

Difficile pour le repreneur, de continuer à injecter des fonds dans un réseau à l’arrêt depuis le confinement, précédemment perturbé par la longue série des violences en centre-ville, liées aux manifestations des gilets jaunes, sans compter les grèves des transports à Paris.

 

Tout juste informés du début de procédure, les salariés et leurs représentants attendent la suite des événements. Elle dépend en partie du tribunal de commerce qui pourrait autoriser une continuation d’activité. Dans tous les cas, des coupes claires sont à prévoir. La situation du secteur de la chaussure et du commerce spécialisé de centre- ville ne laisse pas place à l’optimisme.