Chez Flexi France, la prime de la discorde

Flexi France, spécialiste des conduites flexibles pour le transport de pétrole et de gaz, filiale de Technip FMC, implantée près de Rouen, s’attire les foudres de la CGT. La direction verse à ses collaborateurs la royale prime de 100 € pour avoir assuré la continuité de la production et maintenu un niveau d’activité de l’usine durant le confinement. Face au syndicat qui demande la réévaluation du pécule, le groupe hausse le ton. Le climat se dégrade.

 

La situation n’est pas sans rappeler les faibles propositions faites dans le cadre de la prime Sarkozy, guère éloignée de la prime Pepa. Securitas France avait battu tous les records en offrant un bonus de 3,50 € à ses collaborateurs. Il est vrai que ceux-là n’avaient risqué aucune contagion mortelle.