Chez Groupama, la CFDT réclame une « analyse concertée » des effets de la crise sanitaire

Le déconfinement n’ira pas sans poser des questions de fond aux DRH.  Chez Groupama, le Syndicat des métiers de l’agroalimentaire et de l’agriculture (FGA-CFDT) en soulève au moins cinq.  Comment seront gérées les règles de distanciation sociales nécessaires à la préservation de la santé des salariés ? Quelle sera la notion de sécurité d’hygiène et de sécurité sanitaire au sein de Groupama afin de ne pas connaître de deuxième vague ? Quels impacts cela aura-t-il sur l’organisation future du travail ? Quel accompagnement des salariés au retour sur site ou en agence ? Quelles consignes seront données dans le cadre des différents contacts avec les sociétaires ? Quelle sera la politique sociale liée à la poursuite du télétravail, aux réunions collectives et aux échanges interpersonnels ?

 

Pour trouver les réponses, le syndicat plaide pour « une analyse concertée ».  Il faudra, selon elle, « une gestion des conséquences de la crise, quel qu’en soit le coût. Cette gestion ne saurait être pertinente et efficace sans un dialogue social retrouvé à tous les niveaux ».

 

Dans le détail, l’organisation préconise de réfléchir collectivement sur une organisation du travail, tout en préservant l’emploi et la santé des salariés. L’analyse des impacts économiques se ferait ultérieurement.  La FGA-CFDT  « s’étonne donc qu’un chiffrage à hauteur de 400 millions € ait été communiqué à la presse et aux assurés de Groupama ».Elle réclame de la transparence, et des explications sur les éléments économiques pris en compte pour ce calcul.