Conditions de travail : cote d’alerte dans le groupe  Carrefour

Le syndicat CFDT de Carrefour  publie les résultats de l’enquête Je note ma boîte, troisième du genre. Entre le 28 mars 2022 et le 15 mai 2022, plus de 5 500 salariés ont répondu  à l’enquête des délégués. Résultat : un tableau alarmant sur le plan de la qualité de vie au travail. Deux  collaborateurs sur trois se sentes épuisés physiquement et moralement.  Un sur cinq  confie même qu’il prend des médicaments ou des stimulants pour tenir le coup au boulot. La charge de travail est jugée excessive et la direction feint d’ignorer la dégradation de la situation.

 

La proportion de l’effectif ressentant une menace pour son job diminue mais reste à un niveau élevé : 61%. Motif : l’incertitude qui pèse sur les points de vente, pour cause de montée en puissance de la location gérance. Pour preuve, plus de la moitié des répondants pensent que le  magasin où ils travaillent sera concerné par la location-gérance dans d’ici à deux ans. La rétention d’information que pratique la direction  accroît l’inquiétude. Seules 30% des personnes interrogées affirment que le management délivre des informations sur cette question. D’ailleurs, 79% n’ont pas confiance dans l’entreprise pour évoluer professionnellement.

 

Logiquement, le personnel participant à l’enquête décerne à l’employeur la note de 4,5 sur dix, donc inférieure à la moyenne. Une infamant, pour l’un des premiers employeurs privés de France.  La note sera également communiquée aux actionnaires lors de l’assemblée générale des actionnaires du groupe le 3 juin.