Conditions de travail : en dépit des bouleversements, le CDI à temps complet reste la norme

L’envolée des contrats temporaires est loin de menacer la suprématie du CDI. une étude de la Dares parue ce 16 juin confirme que plus de huit salariés sur dix sont en CDI. Mais 16% des travailleurs sont à temps partiel, et le forfait jours concerne un peu moins de 14% des effectifs.

L’étude de la Dares, conduite par Justine Pignier qui s’appuie sur les statistiques de mars 2017, est formelle. Le CDI reste très largement la norme, il s’applique à  plus de 80% des salariés.  A peine 8 % sont titulaires d’un contrat à durée déterminée. Ce ratio diminue avec la taille de la structure : de 7% dans les organisations de plus de 500 personnes,  il effleure les 10% dans les TPE comptant moins de 20 collaborateurs.  

 

Le recours aux contrats à durée déterminée varie également selon les secteurs d’activité. Sans surprise, les branches les plus accros sont celles liées aux services, tandis que les activités très spécialisées comme  la cokéfaction, le raffinage, la fabrication d’équipements électriques, électroniques ou informatiques sont très peu concernées.

 

Dans un autre registre, l’enquête se penche sur le temps de travail. Elle constate que  84,2 % des salariés du secteur privé (hors agriculture) travaillent à temps complet. Pour 13,9 % d’entre eux, le temps  est décompté sous la forme d’un forfait en jours. Et pour les autres, la durée hebdomadaire collective moyenne du travail s’établit à 35,6 heures. Toutefois, une personne  sur dix turbine 39 heures par semaine, voire plus.