Conférence sociale : le club des exclus manifeste son mécontentement

Oubliées de la mini conférence sociale thématique de ce 3 avril, L’UNAPL (professions libérales), la FNSEA et l’UDES qui représente l’économie sociale manifestent en commun leur mécontentement.

 

« Le gouvernement a décidé de mettre un terme aux grandes conférences sociales qui réunissaient chaque année depuis 2012, l’ensemble des acteurs sociaux, syndicats de salariés et organisations patronales, pour les remplacer par des conférences thématiques. Contrairement aux conférences sociales, il a fait le choix de n’inviter que les organisations patronales interprofessionnelles », disent, amers, les protestataires. Ils jugent « regrettable, pour évaluer une loi qui s’applique à tous, qu’il n’y ait pas d’échange avec les secteurs d’activité qui ne sont représentés ni par le Medef, ni par l’UPA, ni par la CGPME ».

 

Tout en rappelant qu’ils représentent 30 % de l’emploi , ils soulignent dans un communiqué : « À un moment où la situation de l’emploi dans notre pays commande des réponses efficaces et pragmatiques, ne pas tenir compte des secteurs de l’agriculture, des professions libérales et de l’économie sociale et solidaire est regrettable, alors même que la loi sur la sécurisation de l’emploi les a fortement impactés. Cela revient à écarter ceux qui aujourd’hui incarnent l’emploi non délocalisable et notamment dans les TPE. » Avant de demander un rendez-vous d’urgence aux ministres chargés du dossier, François Rebsamen et Emmanuel Macron.