Congés annuels : une moyenne de 33 jours par salarié, mais tout le monde n’est pas logé à la même enseigne

En moyenne, le salarié profite de 33 jours de congé par an, RTT compris. Cela varie suivant le type d’employeur et les modalités du passage aux 35 heures. A ce compte, les agents publics sont généralement mieux lotis que les salariés du privé, ceux des grandes entreprises restent privilégiés par rapport aux collaborateurs de PME.

 

Pour les congés payés, tout le monde est logé à la même enseigne, avec 5 semaines légales , soit 25 jours ouvrés par an. La différence se fait sur les jours de RTT, variables selon les employeurs. Selon la Dares, en 2015, les salariés occupant le même emploi depuis au moins un an déclarent en moyenne avoir 33 jours de congés et de RTT par an.

 

Les salariés de droit privé bénéficient en moyenne de 29 jours de congé, RTT comprises. Les agents publics disposent davantage de RTT. Résultat : les agents de l’État ont en moyenne 42 jours de congés, tout compris, les agents territoriaux 38 jours et les agents hospitaliers 34 jours. Le cas des enseignants étant différent.

 

« Ces écarts entre privé et public s’expliquent par des modalités d’organisation du travail et de compensation des heures supplémentaires différentes », souligne la Dares.  En outre, les accords de RTT sont plus avantageux dans les grandes entreprises.

 

Lors du passage aux 35 heures, les grandes entreprises ont davantage attribué de RTT que les petites entreprises qui ont préféré compenser la durée de travail au-delà de 35 heures par le paiement d’heures supplémentaires. Ainsi, les salariés des grandes entreprises disposent de plus de congés. En 2015, les salariés des entreprises de plus de 1 000 salariés ont en moyenne 32 jours, contre 27 pour ceux employés dans les entreprises de moins de 50 salariés.

 

Last but not least, le niveau de qualification joue enfin sur les congés. Les cadres , dont les journées sont souvent à rallonge, disposent du plus grand nombre de jours de congés et RTT : 33 jours par an contre 26 pour les ouvriers non qualifiés, qui sont le plus généralement aux 35 heures.